• Sandrine NGATCHOU

Synthèse d'une revue Radio : A la recherche d'une donneuse d'ovocytes noire (Royaume-Uni)

J'ai traduit cet article de BioNews.Org.uk, vous pouvez écouter l'émission Radio BBC si vous le souhaitez. Vous comprendriez pourquoi, je l'ai porté sur la place publique la problématique des femmes noires. Cela ne devient plus mon problème personnel. Mais une problématique qui demande d'énormes actions pour que les choses bougent. Contrairement en France, une Chaîne Radio de grande écoute, n'a consacré jamais 28 min sur le sujet des problématiques des femmes noires en présence des experts. Nous n'existons clairement pas en France.


À 38 ans, avec quatre tentatvies de FIV échouées derrière elle, Natasha veut savoir pourquoi elle ne peut pas trouver de donneuse d'ovocytes non blanche. Elle veut également comprendre pourquoi, en particulier, les donneurs d'origine afro-caribéenne ne se présentent pas pour faire un don à des couples pour lesquels le donneuse de FIV représente le seul espoir d'avoir un bébé. Dans ce programme radio sensible et parfois très émotionnel, elle se propose de parler à trois experts du monde de la conception assistée pour tenter de trouver des réponses.


Sa première conversation est avec le Dr Edmond Edi-Osagie, gynécologue et expert en médecine de la reproduction. Le Dr Edi-Osagie admet que malheureusement il n'y a eu aucun progrès dans la création d'un service sur mesure pour les femmes afro-caribéennes; les donneuses / donneurs ne se manifestent tout simplement pas. Pourquoi est-ce ? Le Dr Edi-Osagie pense qu'il existe une dimension culturelle qui n'autorise pas la communauté noire à se porter volontaire pour un don.


La réaction de Natasha est une frustration compréhensible - où sont les brochures ? pourquoi n'y a-t-il pas de campagne de sensibilisation au grand public? La Grèce et l'Espagne, par exemple, ont une initiative monétisée pour encourager les donneuses. Il est surprenant de découvrir que nous en avons déjà au Royaume-Uni (750 £ par ponction ovocytaire, apparemment).


Le Dr Edi-Osagie raconte comment une de ses patientes a mis des brochures dans son église et son supermarché local; en conséquence, trois donneuses potentielles se sont manifestées. Natasha est consternée par cette approche de bricolage, mais le Dr Edi-Osagie est pragmatique: «Les problèmes particuliers appellent des solutions particulières».

Lors d'une conversation avec Helen George, conseillère et psychothérapeute, le manque de participation au sein de la communauté afro-antillaise s'explique par la culture du silence autour de l'infertilité et des affaires privées. George, qui a beaucoup travaillé dans le domaine de la santé mentale BAME, résume cela comme «vous ne parlez pas de vos problèmes aux gens», ce qui correspond à l'expérience de Natasha.


Natasha admet au producteur Ben Carter qu'elle ne discute pas de ses problèmes de fertilité avec sa famille, et bien que son mari ait suivi un traitement avec elle, `` je ne pense pas qu'il comprenne parfaitement ce que je ressens ''.


Carter offre à Natasha des statistiques frappantes : sur 1900 donateurs individuels qui se sont manifestés l'année dernière en 2019, seuls 15 étaient afro-caribéens (seules les donneuses chinoises étaient plus bas sur l'échelle à huit). Alors pourquoi, demande Natasha, la HFEA ne fait-elle rien?


M. Yacoub Khalaf, clinicien spécialiste de la fertilité et membre du conseil d'administration de la HFEA, explique que la HFEA est un organisme de réglementation et non un agent de recrutement de donneuses de gamètes. Si la frustration de Natasha déborde à ce stade, c'est un moment reconnaissable pour quiconque a suivi la FIV sans avoir une idée claire de la fonction des organismes de réglementation ou des groupes de défense des patients. Khalaf souligne les limites du mandat de la HFEA et encourage positivement Natasha à être une voix représentative, sensibilisant sa communauté au besoin aigu des femmes de se présenter et de donner leurs ovocytes.


Le programme Radio traite les questions sensibles avec soin, permettant au récit de se dérouler en douceur, mais il a du punch émotionnel lorsque Natasha se rendra compte qu'elle devra probablement faire face non seulement au traitement exténuant, mais aussi au défi de briser certains tabous traditionnels autour de l'infertilité au sein de sa communauté et dans la société en général, en prenant la parole et en travaillant à recruter un donateur.


L'habitude du silence étouffe la conscience et la compréhension et agit comme un obstacle invisible mais puissant au progrès. Il serait bon de penser qu'en raison de sa bravoure en participant au programme, la quête de Natasha pour un donateur pourrait être parvenue à une résolution réussie.


Sources :

Radio Review: Trying to Find a Black Egg Donor

https://www.bionews.org.uk/page_147323

L'article BBC : 'Why can't I find an Afro-Caribbean egg donor?'

https://www.bbc.com/news/stories-51065910


Emissions radio BBC : My Name is Natasha: Trying to find a black egg donor

https://www.bbc.co.uk/sounds/play/m000d7pg

22 vues