• Sandrine NGATCHOU

Pourquoi j'ai choisi d'avorter à 39 ans

Article Traduit de l'anglais


De nouveaux chiffres publiés par le ministère de la Santé montrent que le nombre d’avortements effectués en Angleterre et au pays de Galles a atteint un sommet en dix ans, à savoir plus de femmes dans la trentaine ont eu recours à une interruption de grossesse.

Ici, une femme explique pourquoi elle a fait le choix difficile de mettre fin à sa grossesse à 39 ans...



Si vous m’aviez dit, quand j’avais la vingtaine, que j’aurais eu un jour besoin d’avorter, je n’y aurais jamais cru, ni accepté. Surtout si tu m’avais dit que j’en aurais un avortement en étant heureuse et ayant un mari qui me soutient. Et me tenant seul dans la salle de bains, à 39 ans, voyant le résultat positif sur le test, je me sentais sûr de vouloir ce bébé. Mon coeur a bondi, mais j’ai souri. Voir cette petite ligne rose – c’est toujours un miracle, planifié ou non. Ce n’était certainement pas prévu; c’était totalement inattendu.

Avec trois garçons qui ont actuellement 17, 15 et 12 ans, mon mari Kevin et moi avions convenu que notre famille était probablement complète, et il avait, ironiquement, prévu de subir une vasectomie la semaine qui suivait.


Nous avons utilisé les préservatifs pendant 8 ans sans jamais avoir de problèmes, je ne supportais pas les pilules contraceptives. Notre famille était complète 3 garçons (ils ont actuellement 17ans, 15 ans, 12 ans). Quand j'avais annoncé la nouvelle à mon mari, je pouvais sentir qu'il n'étais pas heureux, il m'a juste dit nous nous en sortirons.


Un bébé coûte cher. Cela semble superficiel, mais tout notre argent va vers les enfants que nous avons actuellement. Nous habitons dans une maison de trois chambres à coucher et les deux jeunes garçons partagent une chambre. Nous ne sommes pas en mesure de déménager. Ça voudrait dire que le bébé serait dans notre chambre, ou qu'il partagera avec les 2 autres garçons.


Mon cadet avait neuf ans, il commençait juste à devenir un peu plus indépendant. Mon deuxième fils souffre d’autisme et fréquente une école spécialisée pour les besoins éducatifs. Il a des difficultés d’apprentissage et a besoin de soins supplémentaires. Il n’aime pas les devoirs ou la lecture, alors on doit s’assoit le soir et l’aider en permanence. Son école est brillante, cependant, et ils ont besoin souvent des parents pour aider.


Il aime faire du sport, alors je souhaite le soutenir. Avoir un petit bébé en plus de toutes ces difficultés aurait rendu tout cela plus difficile. Kevin travaille à temps plein, et je travaille à temps partiel comme assistant enseignant.


Mes parents avaient toujours gardé les enfants et nous aidaient à s’occuper des garçons. Mais ils avaient 80 ans, et mon père venait d’être diagnostiqué avec un cancer du poumon en phase terminale. Si j’avais eu un petit bébé, je n’aurais pas pu passer autant de temps avec lui.


Ça a l’air égoïste, mais l’idée de dire qu'il y a encore 16 ans avant que Kevin et moi pouvions partir en vacances seuls, cette époque est révolue, il est difficile à accepter. Je commençais à être de plus en plus anxieux et déprimé.

Quand j’avais neuf semaines de grossesse, j’ai pris RDV pour une échographie dans un cabinet privé, pour voir des images du bébé et essayer de me lier à ce bébé. Mais je ne sentais rien. La nuit, je pleurais.

Chaque fois que j’emmenais mon plus jeune à l’école, je me disais : « Je vais devoir recommencer » – mais il n’y avait pas d’excitation, pas de joie. Je me sentais malade et malade et je ne jouais pas avec les enfants. Kevin est rentré du travail un soir et je lui ai dit : « Je ne veux pas d’un autre bébé. » Il m’a dit : « Nous nous en occuperons. » J’ai répondu : « Je ne veux pas simplement faire face. »

J’ai appelé Marie Stopes UK, une organisation de planification familiale qui offre des avortements, et j’ai pris rendez-vous une semaine plus tard. Mon mari a respecté ma décision; je pense que c’était plus pour moi, quand on en parle maintenant, il dit qu’il n’a pas de regrets. Les jours précédant l'interruption de grossesse étaient agonisants et je me suis souvent demandé ce que nous faisions. Je regardais mes enfants et je pensais au bébé qui grandirait avec eux, et qui leur ressemblerait probablement. Je savais que mon cadet aurait aimé avoir un petit frère ou une petite sœur. Mais je l’ai quand même fait.

Le matin du rendez-vous, je me suis réveillée remplie de peur. Mais une partie de moi voulait juste en finir. Kevin m’a conduit et on n’a pas parlé du tout dans la voiture. Je n’arrêtais pas de penser que c’était ma dernière chance de changer d’avis. J’aurais pu facilement dire « non ».

Même quand on est arrivés à la clinique et que j’étais dans la petite pièce à mettre la robe, j’étais dans deux esprits. On m’a emmené pour faire un scanner, mais je n’ai pas regardé. On m’a dit que j’avais 11 semaines de retard. Je n’arrêtais pas de m’effondrer, mais quand une fois la procédure effectuée a, le sentiment était indubitable, un sentiment de soulagement.

Le lendemain, on m’a appelé à l’hôpital parce que mon père avait été admis, et j’ai pu être capable d'apporter du soutien à ma mère. Je pouvais être capable d'aller chez eux au milieu de la nuit s’il n’allait pas bien.


Il est  mort l'année qui a suivi, j’ai pu être pleinement là pour eux, ce qui a été le résultat positif de l’avortement – mais il y avait beaucoup d’autres choses pour lesquelles j’ai lutté pendant cette période.

J’ai parlé à un conseiller avant et après l’intervention. Je regrettais d’avoir dit aux gens que j’étais enceinte si rapidement. En y repensant, je pense que je l’avais fait inconsciemment parce que ça me forcerait à aller jusqu’au bout. Le conseiller m’a suggéré de dire que je n’étais plus enceinte.

Ma mère connaissait la vérité et était d'un soutien immense. D’autres présumaient que j’avais fait une fausse couche, mais je pense que ma belle-sœur le savait, elle n'osait rien dire.

Mais je n’ai pas honte. J’aurais aimé le bébé, mais j’étais si malheureuse. Même si un avortement peut être traumatisant, je pense que c’est une décision courageuse et altruiste.

D’une certaine façon, il aurait été plus facile de rester enceinte. Mon fils aîné le savait aussi. Je suis allé dans sa chambre et j’ai dit : « Nous ne gardons pas le bébé. » Je pense qu’il était secrètement excité; c’était difficile pour lui de comprendre. Il ne me regardait pas. Il n’a rien dit d’autre.


Un mois ou deux plus tard après l'avoir fait l'interruption, j’ai regretté ma décision. Je sais que j’y penserai toujours. Un ami a eu un bébé à 40 ans – le mien aurait été né à peu près au même moment. De temps en temps, je me demande quel âge il aurait maintenant.

Kevin aurait fait ce que je voulais. S’il avait désespérément voulu un autre bébé, il n’aurait pas eu peur d’avoir cette conversation. Il m’aurait parlé, et peut-être que les choses auraient été différentes. Mais je regarde notre vie maintenant et je pense que c’était la bonne chose à faire.


Nous pouvons donner à nos trois enfants le meilleur départ possible dans la vie. Et nous pouvons nous amuser. Si on veut aller au cinéma, ou aller manger quelque chose, on peut.

Je pense que c’est important aussi. Je regrette d’avoir eu à le faire, mais je ne regrette pas de l’avoir fait. Je pense que l’avortement était la bonne chose à faire.

Propos recueillis par  Anna Maxted

Sources :

‘Why I chose to have an abortion at 39’

12 décembre 2018

https://www.telegraph.co.uk/women/life/why-i-chose-to-have-an-abortion-at-39/

5 vues