• Sandrine NGATCHOU

En Australie : le donneur de sperme est le parent légal d'un enfant de 11 ans

Mis à jour : 1 août 2019

Article traduit de l'anglais.


Mercredi, la plus haute juridiction d’Australie a statué à l’unanimité qu’un donneur de sperme qui avait participé activement à la vie de sa fille devrait avoir des droits en tant que parent légal de la jeune fille de 11 ans.




Selon la décision de la Haute Cour, le juge a accepté que l’homme australien de 49 ans qui avait donné son sperme à la mère biologique de la fille en 2006 dans l’intention d’élever l’enfant ensemble.

La décision d’un tribunal inférieur avait déjà statué que l’homme était un "donneur de sperme" et a nié son statut de parent.

Un expert juridique australien a déclaré que la décision ne devrait pas être une raison pour "paniquer" pour les futurs parents qui envisageraient d'avoir recours au don de spermatozoïdes ou d’ovocytes, il a souligné la nécessité d’être prudent.

« Nous devons être prudents lorsque nous prenons ces décisions à long terme. À long terme, le tribunal ne tiendra pas compte de ce que nous pensions à l’époque ou de ce que nous avions prévu, mais de ce qui est dans l’intérêt supérieur de l’enfant », a déclaré Cassandra Seery, professeure agrégée de droit à l’Université Deakin.


Les documents du tribunal utilisaient les pseudonymes Robert Masson pour le donneur et Susan Parsons pour la mère biologique de la fille.

« Il (le donneur) croyait qu’il était le père de l’enfant et qu’il s’occuperait donc d’elle. Que son nom ait été inscrit sur le certificat de naissance de l’enfant comme étant lui son père », indique le sommaire du jugement.


Cependant, après la conception de l’enfant, les parents biologiques ont eu un désaccord, et la jeune fille a vécu en dehors de la vie de Masson, avec Parsons et son partenaire.

Pourtant, l’homme a continué à être fortement impliqué dans la vie de la jeune fille, jouant un "rôle continu dans le soutien financier de l’enfant, la santé, l’éducation et le bien-être général," selon les documents de la cour.

En 2015, Parsons et son partenaire ont annoncé leur intention de déménager en Nouvelle-Zélande avec la jeune fille. Masson a intenté des poursuites judiciaires, lançant sa longue bataille juridique pour la reconnaissance de son rôle de parent, empêchant l’enfant et sa famille de déménager à l’étranger.

Selon les documents judiciaires, le tribunal de la famille de l’Australie a statué contre Masson qui a ensuite fait appel à la Haute Cour dans la capitale de Canberra.


Finalement, le juge a considéré la relation de Masson avec l’enfant comme un attachement "extrêmement proche et sécurisant", et a estimé que son rôle dans la vie de la fille surpassait celui d’un donneur de sperme.

L’avocat de Masson, Tahlia Bleier, a déclaré que le terme "donneur de sperme" implique que l’homme "ne fait pas plus que fournir son sperme."

Elle a soutenu que son client ne convenait pas à cette étiquette, disant que son « intention établie était la coparentalité, à travers sa relation et son engagement durable » avec la fille démontraient son désir d’être un père pour sa fille.


Co-parentalité en Australie


Un donneur connu est quelqu’un que les parents connaissent, souvent un ami, mais aussi parfois quelqu’un que les parents ont contacté par le biais de connaissances ou de sites Web. Les donneurs connus s’attendent habituellement à avoir un certain contact avec l’enfant, et le niveau et le type de contact doivent être convenus au préalable. Les donneurs connus peuvent faire un don par l’entremise d’une clinique de fertilité, auquel cas ils renonceront à leurs droits ou obligations parentaux. Si le don n’est pas fait par l’intermédiaire d’une clinique de fertilité, vous devez vous assurer que vous et les parents ont été très clairs que vous ne serez pas un parent, et ne sera pas enregistré sur le certificat de naissance. Il est conseillé de consulter un avocat dans ce cas de figure.

"Potentiellement, nous verrons une augmentation des cas devant le tribunal de la famille de donneurs cherchant à participer à la vie d’un enfant. Le temps le dira," a déclaré Bleier.

La Haute Cour n’a pas immédiatement répondu à une demande de mise en contact avec les avocats de Parsons et son partenaire.

L’expert juridique Seery a déclaré que bien que la décision puisse sembler ne pas avoir des conséquences de grande portée pour les parents d’enfants par des donneurs de sperme anonymes, la décision de la Haute Cour était à bien des égards un cas spécial.

"Le donneur de sperme dans ce cas avait clairement un lien continu à long terme avec l’enfant en question, ils avaient une relation qui allait au-delà de simples visites," L'expert juridique indique que la situation aurait probablement été différente si le donneur avait été anonyme.

Mais Seery a ajouté que ce n’était pas seulement les couples LGBTQ ou les parents seuls qui étaient vulnérables à ce genre de conflits. "Ce genre de conflits parentaux peut se produire et se produit, et c’est juste que tout le monde prend soin quand ils pensent à un enfant," dit-elle.


Qu'en est -il en France, sur le débat de la loi bioéthique ?


Le don de spermatozoïdes est anonyme et le sera toujours, le donneur ne peut pas savoir si son don a abouti à la naissance d’un enfant et il ne peut pas non plus connaître le nombre d’enfants issus de ce don. La signature du consentement qui a une valeur juridique, le donneur renonce aux droits sur l'enfant à naître. Elle ne sera jamais le parent de cet enfant.


Code de procédure civile : Section IV : Le consentement à la procréation médicalement assistée


Les époux ou concubins qui recourent à une assistance médicale à la procréation nécessitant l'intervention d'un tiers donneur, prévue à l'article 311-20 du code civil, y consentent par déclaration conjointe devant le président du tribunal de grande instance de leur choix ou son délégué, ou devant notaire.


La déclaration est recueillie par acte authentique hors la présence de tiers.


Expédition ou copie de l'acte ne peut être délivrée qu'à ceux dont le consentement a été recueilli.



Sources :

Australia's top court rules sperm donor is 11-year-old's legal parent

https://edition.cnn.com/2019/06/19/australia/australia-sperm-donor-high-court-intl-hnk/index.html

Don anonyme de sperme et d’ovocytes: trouver un équilibre entre les droits des parents, des donneurs et des enfants

http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-fr.asp?fileid=27680&lang=fr

Code de procédure civile : Section IV : Le consentement à la procréation médicalement assistée

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006149803&cidTexte=LEGITEXT000006070716

Code Civil : Section 3 : De l'assistance médicale à la procréation

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006150522&cidTexte=LEGITEXT000006070721