• Sandrine NGATCHOU

Au cœur de l'industrie non réglementée des ovocytes humains au Nigeria : un secteur en plein essor

Article de By Mariam Adetona


C'était une chaude après-midi d'octobre 2019, et Joan*, 22 ans, venait de pleurer dans la salle d'un hôpital privé de Mokola, un quartier d'Ibadan, dans le sud-ouest du Nigeria.

[Richard Smith/Al Jazeera]

Sept jours plus tôt, elle avait commencé à recevoir des injections d'hormones pour stimuler ses ovaires afin qu'ils produisent des ovocytes matures, ce qui fait partie du processus visant à préparer son corps pour que les médecins puissent les extraire.


Joan s'est sentie un peu mal à l'aise lors de l'examen et avait quelques points douloureux dans le bas de son abdomen, là où elle avait été piquée par les injections d'hormones. Mais ses larmes ne sont pas dues à la nature invasive de la procédure. C'est plutôt l'attitude du médecin, qu'elle juge grossière et condescendante, qui l'a fait pleurer.


"Lorsqu'il est entré pour faire l'examen, je lui ai demandé s'il était possible d'avoir une femme gynécologue car une femme m'avait examinée lors de ma première visite. Il s'est mis en colère et m'a dit qu'aucune femme gynécologue n'était de garde", raconte-t-elle. "Il s'est mis à me demander ce que mon corps avait de si spécial, a dit qu'il avait déjà vu beaucoup de vagins, même celui d'une reine de beauté... et il a même mentionné son nom."


"À ce moment-là, je pleurais pratiquement. Il a dit qu'il ne m'examinerait plus, que je devais partir, que je devais sortir, et il est parti en trombe."


Joan a envisagé de sortir du grand bâtiment de deux étages et d'abandonner complètement le processus. Mais une infirmière l'a convaincue de rester. "[Elle] est venue me consoler et m'a dit de m'excuser auprès de lui pour qu'il puisse simplement terminer la procédure, et que je puisse continuer afin que les médicaments ne soient pas gaspillés. J'ai donc dû m'excuser auprès de cet homme", explique-t-elle.


Joan était à l'hôpital ce jour-là parce qu'elle mettait à disposition ses ovocytes contre remunération. La fécondité est une activité en plein essor au Nigeria, où le prélèvement d'ovocytes et d'autres procédures de fécondation in vitro (FIV) sont pratiqués par des hôpitaux publics et privés. Un nouvel organisme, l'Association of Fertility and Reproductive Health (AFRH), répertorie 23 cliniques privées enregistrées dans son annuaire, mais plusieurs rapports suggèrent qu'il existe plus de 70 cliniques de fertilité dans le pays, et ce nombre augmente de jour en jour. Mais ces établissements sont peu ou pas réglementés.


Rendre service et être payé


Joan est diplômée de l'université et a effectué son année de service dans le corps de la jeunesse obligatoire du Nigeria, le NYSC, avant de commencer un emploi bien rémunéré de chef de projet. Mais elle se sentait malheureuse dans son travail et avait besoin de changement, alors elle a démissionné après cinq mois. Elle a rapidement épuisé ses économies, s'est sentie déprimée et a eu du mal à trouver un autre emploi.


Elle s'est plainte de sa situation à une amie étudiante en médecine. Elle lui a suggéré de faire don de ses ovocytes dans une clinique de fertilité. Bien que la rémunération puisse varier selon l'endroit, les cliniques paient généralement entre 80 000 naira (195 $) et 150 000 naira (365 $) par cycle de don d'ovocytes.


Joan a visité une clinique pour obtenir plus d'informations. "J'ai eu l'impression d'être gagnante parce que je sais combien il peut être difficile pour une femme d'avoir des enfants, alors j'ai considéré que je rendais service tout en étant payée pour cela", dit-elle.


Le processus de sélection et les procédures d'éligibilité varient d'une clinique à l'autre. Joan décrit ce que le sien a impliqué : "On m'a fait une prise de sang, on a fait des tests de génotype, de VIH, d'hépatite, et on m'a posé de nombreuses questions sur ma santé et mes antécédents médicaux. Ensuite, on m'a dit de revenir pendant mes règles, qui sont le début de mon cycle menstruel."



[Richard Smith/Al Jazeera]

Le processus, depuis le début des injections d'hormones jusqu'au prélèvement des ovocytes, dure environ 13 à 15 jours, en fonction de la réponse du corps aux hormones de stimulation.


"Ils m'ont donné un tas d'injections. Il y avait deux types d'injections à prendre, et les deux visaient à aider mes ovaires à produire des ovocytes supplémentaires pour qu'au lieu d'un ovocyte par mois, il y en ait davantage, car il en fallait au moins six pour augmenter les chances de réussite de la personne ", explique Joan.


Joan a dû commencer à prendre les injections à la maison, en s'auto-injectant chaque jour dans le bas de son abdomen, juste sous le nombril. Après une semaine, elle est retournée à l'hôpital pour voir comment les ovules se développaient.


"Quand je suis allée à la clinique, ils ont vérifié et ont dit que j'avais déjà sept ovocytes, et que si je pouvais faire cinq ou six jours de plus, nous pourrions probablement en obtenir le double, juste pour augmenter les chances."


C'est alors qu'elle a eu la désagréable rencontre avec le médecin.


Bien qu'elle soit déjà à mi-chemin du processus de don, Joan est rentrée chez elle à pied, tourmentée par les maux de tête qui ont commencé lorsqu'elle a commencé à prendre les injections d'hormones, avec l'intention d'abandonner tout cela.


Mais elle n'a pas pu, car elle avait besoin de l'argent.


C'est mieux que la prostitution ou le vol".

Le taux de chômage du Nigeria, qui s'élève à 33,3 % en 2020 - un chiffre en constante augmentation - et son taux d'inflation élevé ont un impact négatif sur la mobilité économique de nombreux citoyens. Dans ce contexte, la promesse d'argent incite de nombreux jeunes à faire des choses qu'ils n'auraient pas envisagées en temps normal.


C'est la principale raison pour laquelle Esther*, une boulangère de 26 ans qui vend des gâteaux et des pâtisseries depuis sa maison à Lagos, a donné ses ovocytes six fois depuis février 2020, même si des experts comme l'American Society for Reproductive Medicine recommandent que les femmes ne donnent leurs ovules que six fois dans une vie.


Mais comme le salaire minimum imposé par le gouvernement au Nigeria est de 30 000 nairas (73 dollars) par mois, et que même le don d'ovocytes le moins bien rémunéré paie plus du double par tournée, beaucoup sont prêts à accepter les risques potentiels pour la santé.


Le premier don d'Esther a été effectué par l'intermédiaire d'une agence et elle a été payée 100 000 naira (243 $). Ces agences recrutent et sélectionnent activement les donneuses potentielles pour les cliniques privées auxquelles elles sont affiliées et, si elles sont certifiées admissibles, elles organisent les injections de stimulation des ovocytes et le prélèvement ultérieur dans la clinique. Certaines agences - comme celle où Esther s'est rendue - versent également un supplément aux femmes qui leur recommandent de nouvelles donneuses.


Les autres dons d'Esther ont été effectués dans une clinique d'Ikorodu à Lagos, où, selon elle, il y avait une entrée séparée pour les donneuses afin qu'ils ne puissent pas être vus par les receveuses. La clinique lui a versé 120 000 naira (292 dollars) à chaque fois.


"J'ai quatre plus jeunes [frères et sœurs] et ma mère est âgée", dit-elle dépitée. "Mon père est mort en 2017, alors c'est à moi de joindre les deux bouts pour nous tous. Cela a bien fonctionné pour moi, et l'argent va loin. Et c'est mieux que la prostitution ou le vol."





Sa première incursion dans le domaine du don d'ovocytes a été facilitée par une amie qui avait subi la procédure. Elle a reçu une commission pour avoir mis Esther en contact avec l'agence de dons, et Esther a reçu la même commission lorsqu'elle a recommandé d'autres personnes.


"Si j'amène quelqu'un et qu'il réussit à faire un don, je reçois de l'argent - 20 000 naira [48 $] chacun. J'ai recommandé trois personnes comme ça, ce qui représente 60 000 naira [146 $] d'argent gratuit", dit-elle.


Lors de sa première visite, après avoir signé quelques formulaires donnant son accord pour les procédures et déchargeant l'agence ou la clinique de toute responsabilité, Esther était prête à commencer. "Il y a même une partie qui dit que je ne reviendrai pas pour réclamer l'enfant - comme si je le ferais jamais", dit-elle en riant.


C'est alors que le processus de prélèvement d'ovocytes a commencé. "J'ai pu faire un don le mois suivant, et c'était une expérience tellement bizarre parce que je ne m'attendais pas à ce que ce soit si... personnel", dit-elle. "Je veux dire, on m'avait dit à quoi m'attendre, mais c'était une chose différente de le vivre. J'avais l'impression qu'on m'ouvrait tout entier et c'était très inconfortable".


Mais elle a senti qu'elle devait le faire pour l'argent. "C'était à un moment où je n'avais pas de commandes de gâteaux, donc il fallait que je passe à l'acte. Je me souviens avoir pensé "plus jamais", car tout le processus était très invasif."


Mais elle a ensuite reçu un appel d'une clinique où elle s'était initialement renseignée sur le don d'ovocytes. "Je n'ai pas mentionné que j'avais fait un don ailleurs. J'y suis allée", raconte-t-elle.


Esther a fait tous les tests demandés par la clinique, et on lui a dit de revenir quand elle aurait ses règles. Inquiète à l'idée de donner à nouveau ses ovocytes si tôt, elle a attendu. La clinique l'a même aidée à payer son transport en lui versant une allocation supplémentaire de 1 500 nairas (3,66 dollars) pour chaque jour de visite.


"L'infirmière qui s'est occupée de moi avait tellement de règles - boire de l'eau, ne pas mettre de parfum, ne pas se doucher à midi, ne pas avoir de relations sexuelles - mais je sais qu'elle ne faisait que son travail et que nous étions si nombreux. Elle était si grincheuse et ne voulait même pas répondre aux questions", dit-elle.


"La procédure peut parfois être douloureuse ... Mais c'est supportable, surtout avec l'argent. " - ESTHER

"Le premier don que j'ai eu à la clinique en mai était très douloureux", se souvient-elle. "Chaque jour, je devais me rendre à l'hôpital pour une injection sur la cuisse. Après les trois premiers jours, mon estomac était très gonflé et j'ai perdu l'appétit. Je pouvais à peine marcher alors que je devais me faire injecter tous les jours. Je pense que c'était le stress de tous ces mouvements, mais c'était si dur. L'argent qu'ils ont proposé était de 120 000 naira [292 $], ce qui était bien plus que les 100 000 [243 $] que l'agence payait, alors j'ai persévéré".


Tous les paiements ont été effectués par virement bancaire et elle a reçu les fonds le jour même, dit-elle.


Mais il y a eu des effets secondaires. "Après le [deuxième de ses six] dons, j'ai dû retourner me faire soigner parce que j'avais très mal, et j'ai même dû le payer [moi-même]... J'avais de terribles crampes au ventre. J'ai été admise, on m'a donné des gouttes et quelques injections". Cela était dû à la quantité d'hormones qu'elle s'était injectée et au fait qu'elle avait laissé peu de temps entre les dons.


Lorsqu'on lui demande si elle s'inquiète de la façon dont cela pourrait affecter sa santé à l'avenir, elle répond : "Eh bien, la procédure peut parfois être douloureuse, et j'ai souvent des crampes sévères et douloureuses avec un flux abondant lors des règles suivantes.


"Mais c'est supportable, surtout avec l'argent", dit-elle en riant.


Après une minute de silence, elle poursuit : "Ils n'ont pas mentionné d'effets à long terme - ni à la clinique ni à l'agence, mais j'ai aussi lu des articles à ce sujet, il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Parfois, je m'inquiète de la possibilité d'épuiser mes ovocytes, mais j'ai lu quelque part que nous en avons tellement que c'est presque impossible. De plus, je n'ai pas l'intention d'accoucher un jour, donc il y a ça."


Le processus de prélèvement des ovules

La procédure de prélèvement des ovocytes est généralement réalisée en 30 minutes, la patiente étant sous sédation. Une aiguille est introduite dans les ovaires à travers la paroi vaginale postérieure, sous guidage échographique. Les follicules matures sont ensuite aspirés par l'aiguille dans des tubes à essai. Ce processus est répété pour le deuxième ovaire. Après l'intervention, la patiente reçoit des analgésiques et des antibiotiques et est alitée pour que la sédation disparaisse.


Abdulgafar Abiodun Jimoh, professeur et consultant en gynécologie et obstétrique à l'hôpital universitaire d'Ilorin, explique que l'effet immédiat le plus courant est la douleur, les donneuses la ressentant à des degrés divers.



Mais il y a plus. "Il y a la possibilité d'un syndrome d'hyperstimulation qui peut être léger, modéré ou grave", explique-t-il.


Il s'agit d'une complication où l'excès d'hormones entraîne une augmentation du volume des ovaires et une fuite de liquide dans les vaisseaux sanguins qui les entourent, ce qui provoque un gonflement. Selon la gravité, cet excès de liquide peut se déplacer dans l'abdomen, les poumons et la poitrine. Il se manifeste par un inconfort important, une distension et des douleurs abdominales, des difficultés respiratoires, un dysfonctionnement du foie et des reins et des problèmes de coagulation.


"Dans les cas graves, elle peut être problématique, voire mortelle. Bien que cela soit extrêmement rare, cela a été signalé. Les patients peuvent avoir besoin d'une intervention chirurgicale, il se peut que vous deviez les drainer, ils peuvent être en état de choc, ils peuvent souffrir d'un arrêt des reins et d'autres problèmes similaires", explique le professeur.


"En dehors de cela, il y a un risque théoriquement faible de contracter une infection pendant l'intervention, en particulier parce que l'aiguille est introduite directement dans le péritoine - c'est là que se trouvent les ovaires. La vessie et les intestins sont tous à proximité de l'endroit où se trouvent les ovocytes. Si vous entrez par erreur dans l'intestin et que vous en ressortez, vous avez déjà ramassé des bactéries et des transferts peuvent se produire. Ce sont les risques potentiels.

"Cependant, ces risques sont relativement peu fréquents, surtout si les bons protocoles et les bonnes pratiques sont suivis."


Jimoh affirme que même si le don d'ovocytes "est semé d'embûches", ces problèmes sont "en grande partie légers, pas dévastateurs, pas suffisamment mortels pour décourager les gens de le faire - souvent à plusieurs reprises".


Réglementations gouvernementales

On estime qu'au moins un couple nigérian sur quatre pourrait avoir besoin d'une technique de procréation assistée (TPA) telle que la FIV. Cependant, les lois et les politiques ne sont pas élaborées assez rapidement pour répondre aux demandes de ce secteur en pleine croissance, selon les experts.


Un projet de loi visant à créer une autorité nigériane de la reproduction assistée pour réglementer cette pratique a été présenté devant l'Assemblée nationale et lu pour la deuxième fois le 2 mai 2012. Il a été renvoyé aux comités de la santé et de la justice, mais n'a pas encore été adopté comme loi.


Le professeur Jimoh souligne que le Nigeria n'est pas le seul à être lent à mettre en œuvre des lois dans ce domaine. "Ce n'est qu'au cours des dix dernières années que le Royaume-Uni lui-même a été en mesure de proposer une réglementation stipulant que vous n'êtes pas censé être payé pour cela [le don d'ovules]. Dans l'Union européenne, la législation est encore très variable d'un pays à l'autre. Au Nigeria, nous n'avons certainement pas encore de législation, mais nous avons mis en place des lois du parlement destinées à former une loi qui régit la reproduction assistée dans ce pays."


En 2014, la loi sur la santé nationale a été promulguée. Elle constitue actuellement le seul cadre juridique régissant le don d'ovocytes au Nigeria. La section 53 de la loi criminalise l'échange de tissus humains et de produits sanguins contre de l'argent, prévoyant même une amende et/ou jusqu'à un an d'emprisonnement pour les personnes reconnues coupables. Mais les personnes auxquelles Al Jazeera a parlé pour ce reportage ignoraient l'existence de cette loi et ne savaient pas comment elle s'appliquerait au don d'ovocytes.



"Les gens vont vous dire qu'ils n'ont pas reçu d'argent, les gens vont contourner le processus, que ce qu'ils ont fait était altruiste", dit Jimoh. "Il est possible pour les gens de simplement amener quelqu'un et de dire 'c'est ma sœur' et de l'amener à faire un don, mais entre eux, ils savent qu'elle a été payée et il n'y a pas de bonne preuve pour montrer que l'argent a échangé des mains. La pauvreté est le problème majeur."


À propos de l'absence de lois applicables, Amarachi Nickabugu, un avocat nigérian, déclare : "Il faut des lois pour protéger la donneuse, la receveuse et le soignant, des lois qui définissent qui peut être impliqué dans les techniques et les lignes directrices de la pratique et qui stipulent les sanctions pour ceux qui violent les règles de la pratique. Étant donné que les chances de réussite favorisent les ovules provenant de jeunes femmes, la plupart des donneuses sont des jeunes femmes, souvent des étudiantes de premier cycle, et elles le font depuis un endroit vulnérable, impuissant et sans le sou. Cette pratique est financièrement coercitive et il est important qu'il existe une protection juridique contre l'exploitation de ces femmes."


Expliquant une lacune de la loi sur la santé, Nickabugu déclare : "La loi sur la santé nationale interdit le commerce des tissus humains. Cependant, elle n'interdit pas explicitement les dons d'ovules. La question est donc de savoir si les donneuses d'ovocytes font 'don' de leurs ovocytes ou si elles les 'vendent'."


Les cliniques pourraient, en théorie, décrire les paiements comme une compensation monétaire pour les coûts accumulés pendant le don d'ovules plutôt que comme des paiements pour les ovules eux-mêmes.


L'autre côté

La médecine de la fertilité est peut-être un sous-secteur du système de santé qui connaît une croissance rapide, mais son coût élevé et le fait qu'elle ne soit pas couverte par le régime national d'assurance maladie (NHIS) la rendent hors de portée pour de nombreux Nigérians.


Une consultation avec un spécialiste de la fertilité peut coûter entre 50 000 naira (121 $) et 110 000 naira (268 $). L'insémination intra-utérine (IIU) a un coût estimé à 320 000 naira (780 $), et un traitement FIV à cycle unique avec des ovocytes de donneuses coûte 2 560 272,05 naira (6140 $), sans compter les médicaments, les frais juridiques et les frais de programmation.


Adefunke*, 37 ans, a subi deux cycles de FIV sans succès en utilisant des ovocytes de donneuses comme Joan et Esther. Mais elle espère toujours un miracle.


Après avoir été marié pendant 14 ans sans concevoir d'enfant, son mari a pris une seconde épouse.


"Je n'ai jamais été en contact avec aucune de mes donneuses d'ovules", dit-elle. "Il s'agissait de dons anonymes... Nous devions remplir un formulaire stipulant les conditions que nous voulions - des choses comme la tribu, le teint, le génotype et autres. En fait, il y avait beaucoup de formulaires...


"Nous avons également dû faire de nombreux tests. Les médecins nous font correspondre le génotype, le groupe sanguin et d'autres modalités médicales. Pour ma première séance, c'est le sperme de mon mari que nous avons utilisé. Mais pas pour la seconde."


"L'expérience du don ? Plus jamais... C'est une de ces choses que j'essaie de supprimer et de mettre au fond de mon esprit comme si cela n'était jamais arrivé. " - JOAN

Adefunke a suivi le processus dans une clinique privée à laquelle son mari et elle avaient été envoyés par leur médecin de famille. Après des consultations et des tests, la clinique les a mis en relation avec un donneur. Adefunke dit avoir payé 2,2 millions de naira (5 362 dollars) pour la première tentative et 2,6 millions de naira (6 337 dollars) pour la seconde.


"C'est très cher, je peux vous le dire. C'est une longue liste de paiements", dit-elle, y compris les frais mineurs. "Nous avons dû payer pour le don d'ovocytes, pour les tests, que nos donneuses passaient - parfois à hauteur de 400 000 naira [971 dollars]. Au début, notre médecin nous a dit que je pouvais amener ma sœur ou un parent [pour être donneurs d'ovules] au début, car cela nous soulagerait des frais supplémentaires, mais les chances de réussite de la fécondation avec eux sont faibles, alors nous avons juste décidé de payer un supplément."


Réfléchissant aux donneuses d'ovocytes anonymes, elle poursuit : "Je ne sais pas ce qu'elles traversent, mais je sais que cela ne doit pas être facile pour elles. Mais je leur suis reconnaissante de le faire, même si je sais que leur principale motivation est l'argent."


C'est ce qui réconforte les donneuses comme Joan. "Quoi qu'il arrive, j'espère simplement qu'une ou deux mères sont là avec leurs bébés et qu'elles sont heureuses", dit-elle.


Mais comme dans le cas d'Adefunke, la FIV a souvent un faible taux de réussite, ce qui signifie que de nombreuses personnes resteront pauvres et sans enfant. "Nous avons souvent environ un quart de cas de réussite, soit environ 25 à 30 %. Dans certains cas d'échec, ils peuvent revenir", explique le professeur Jimoh.


Joan est retournée à la clinique cinq jours après sa mauvaise rencontre avec le médecin et a été vue par un autre. Après un examen rapide, on lui a dit de revenir le lendemain pour le prélèvement d'ovocytes.


L'intervention n'a pas duré longtemps, et pour Joan, elle n'a pas été douloureuse.


Quelques heures après être rentrée chez elle ce jour-là, elle a reçu une alerte lui indiquant que 100 000 naira (243 dollars) avaient été déposés sur son compte bancaire.


Bien qu'elle soit heureuse de pouvoir aider les femmes à concevoir, Joan affirme que ce n'est pas une expérience qu'elle envisagerait de renouveler.


"L'expérience du don ? Plus jamais... C'est une de ces choses que j'essaie de supprimer et de mettre au fond de mon esprit comme si cela n'était jamais arrivé".


Mais elle dit qu'elle comprend pourquoi c'est une industrie en plein essor.


"Vous auriez dû voir les gens à l'hôpital, des gens qui étaient désespérés de voir les médecins pour un traitement", réfléchit-elle. "Si j'étais dans une telle position, je paierais aussi autant d'argent que possible".


*Les noms ont été modifiés pour protéger la vie privée des donneuses et des receveuses d'ovocytes.


Source :

https://www.aljazeera.com/features/2021/10/17/inside-nigerias-unregulated-human-egg-industry

16 vues0 commentaire