• Sandrine NGATCHOU

Vous voulez démanteler le capitalisme ? Il faut simplement abolir la famille nucléaire

Traduction de l'article publié sur le site The Nation.


Le nouveau livre de la théoricienne féministe Sophie Lewis examine comment le fait de repenser la grossesse et l'idée de la famille comme forme de travail puisse être au cœur de la politique d'émancipation.



La demande la plus infâme du Manifeste Communiste est sans doute "l'abolition de la famille". La famille, ont noté Marx et Engels, était l'endroit où le patriarcat et le capitalisme travaillaient en tandem pour produire des travailleurs volontaires et aliénés, où les femmes devenaient à peine plus que des "instruments de production" pour les hommes qui les dirigeaient. La politique queer radicale des années 1960 et 1970 s'est ajoutée à leur critique de la famille bourgeoise lorsque les activistes ont remis en question l'hétéronormativité des relations familiales. Depuis, cette exigence a cependant presque complètement disparu de l'imaginaire de la gauche.


Sophie Lewis, théoricienne féministe radicale et géographe, reprend ce combat oublié dans son œuvre. Son nouveau livre, Full Surrogacy Now : Feminism Against Family (Verso, 2019) relie spécifiquement l'abolition de la famille à une reconceptualisation radicale de la grossesse elle-même. L'acte de porter un enfant à terme, insiste-t-elle, est un travail qui a longtemps été exploité et négligé par l'académie - tout comme le maternage. 4 ième de couverture du livre "Full Surrogacy Now : Feminism Against Family"

L'industrie de la maternité de substitution est estimée à plus d'un milliard de dollars par an, et nombre de ses mères porteuses dans le monde travaillent dans des conditions terribles : les tromperies, les vols de salaire et les détournements d'argent sont monnaie courante ; les soins médicaux adéquats sont terriblement absents ; et le consentement éclairé est d'une rareté déprimante. Dans Full Surrogacy Now, Sophie Lewis apporte une perspective nouvelle et unique sur le sujet. Souvent, nous pensons que le problème réside dans la maternité de substitution, mais, selon Full Surrogacy Now, nous avons besoin de plus de mères porteuses, pas moins !

En réfléchissant à la logique des accords commerciaux de maternité de substitution, Lewis met à nu les façons dont la maternité a été utilisée comme une construction idéologique. Elle nous donne un aperçu des conditions matérielles - la violence biologique et sociétale - que doivent supporter les gestatrices, ou les personnes qui portent un fœtus. Son livre nous montre que l'objection ostensiblement féministe aux accords de maternité de substitution garantit les relations familiales ossifiées et aliénées qui rendent le capitalisme possible. Le mois dernier, je me suis assise avec elle autour d'une tasse de thé dans les bureaux de The Nation et j'ai parlé de la raison pour laquelle il est essentiel de repenser la gestation pour une politique d'émancipation, de la façon dont nous pouvons utiliser la gestation pour autrui pour subvertir l'oppression, et de ce à quoi pourrait ressembler une parenté au-delà de la possession, du capitalisme, du patriarcat.


Notre conversation a été condensée et éditée pour plus de clarté.


Rosemarie Ho : Comment avez-vous commencé à penser à la maternité de substitution comme une sorte de travail ?


Sophie Lewis : Il y a une ligne dans le célèbre manifeste du Salaire pour le travail ménager qui dit : "Toute fausse couche est un accident de travail". Toute la conversation dans le monde universitaire sur la maternité de substitution est centrée sur la raison pour laquelle cette pratique existe en premier lieu, comme si le travail que les gestatrices faisaient était séparé de la gestation que les gens font à la maison. Je trouve qu'il est productif de mettre cette question de côté, et de regarder simplement le lieu de travail. Certaines féministes, je pense, réagissent aux réalités de la façon dont les bébés sont parfois des marchandises, et dont le sexe est devenu aliéné et à vendre, en blâmant les personnes qui travaillent dans ces industries alors qu'en fait le problème est le capitalisme.


Je me suis retrouvée à énoncer une évidence : la gestation était déjà un travail, avant qu'elle ne soit transformée en une maternité de substitution commerciale. Alors comment construire une politique qui fasse le pont entre ces deux lieux de travail, et établir une solidarité entre les gestatrices rémunérées et non rémunérées ? C'est une idée centrale du féminisme de toute façon, que les mères ne sont pas des entités naturelles ; elles font des choix pour s'occuper de cette autre personne. Ce n'est pas une sorte de processus mécanique et automatique ; c'est une pratique qui vise à ancrer la socialité. Les mères s'occupent de leurs enfants, mais elles tuent et abusent aussi de leurs pupilles. C'est pourquoi il est si important de dénaturer le lien mère-enfant. Faire autre chose, c'est dévaloriser ce travail. C'est l'horizon qui, je pense, ouvre la voie à une politique révolutionnaire.


Rosemarie Ho : Mais pour être plus précis, comment la maternité de substitution en tant que pratique génère-t-elle de l'espace pour une politique révolutionnaire ? Qu'est-ce que cela signifie de demander "une maternité de substitution complète maintenant" ?


Sophie Lewis : Actuellement, toute la logique de la maternité de substitution consiste à retirer la mère porteuse de la photo de famille ; l'intérêt d'être une mère porteuse est que l'on n'est jamais vraiment là. C'est une chose que je veux contester, l'idée que les bébés appartiennent à quelqu'un, l'idée que le produit du travail gestationnel est transféré comme propriété à un ensemble de personnes. C'est en fait l'un des horizons révolutionnaires que la Sisterhood of Black Single Mothers a défendus : comment les enfants ne devraient appartenir à personne d'autre qu'eux-mêmes.


Extrait de Adolescent pregnancy: the perspective of the sisterhood of black single mothers.

La Sisterhood of Black Single Mothers a décidé de changer de langue dans les années 1980. Au lieu de décrire les familles non patriarcales comme étant "sans père", elles les ont décrites comme des familles "maternelles". S'inspirant du génie de ces mères, l'équipe de Revolutionary Mothering crée des événements communautaires "Motherful" dans tout le pays pour toute la famille. Nous apporterons les crayons et les activités révolutionnaires, vous apporterez vos générations de génie et vous repartirez avec des outils d'apprentissage intergénérationnels pour maintenir la révolution en vie !


The Sisterhood of Black Single Mothers Inc. (The Sisterhood) est une organisation qui illustre le potentiel considérable des membres de la communauté unis pour un bien commun. The Sisterhood a vu le jour il y a onze ans sous la direction de Mme Daphne Busby. L'objectif de la Sisterhood est de "sauver une génération sujette à l'insensibilité et à l'incompréhension en aidant les familles, en particulier celles dirigées par des femmes et des adolescentes, à établir un nouvel état d'esprit positif". La confrérie considère les individus et les phénomènes sociaux comme des parties d'un ensemble complexe et dynamique et utilise une approche positive pour évaluer les situations. Par conséquent, les adolescents qui viennent à la sororité déjà parents, ainsi que ceux qui peuvent devenir parents dans leurs années de formation, bénéficient d'une programmation appropriée à leurs besoins globaux. Ils ont la possibilité de bénéficier d'une aide dans des domaines tels que : l'obtention de soins médicaux, l'assistance publique, le conseil, le logement et l'aide financière. L'approche d'autres personnes importantes dans la vie de ces adolescents comprend l'intervention auprès des prestataires de services avec lesquels ils sont en contact (médecins, enseignants, travailleurs sociaux, etc.). En plus de répondre aux besoins pratiques des adolescents qui viennent à la communauté, des exemples positifs de relations saines avec les autres et la présentation d'un système de valeurs en accord avec le développement personnel et familial sont fournis.

Il y a une merveilleuse théoricienne, Indiana Seresin, qui m'a très utilement donné l'expression "concept impossible" pour décrire comment fonctionne la maternité de substitution dans mon livre. Si tout est maternité de substitution, toute la question des relations originales ou "naturelles" tombe à l'eau. En ce sens, ce que signifie la maternité de substitution, c'est se substituer l'un à l'autre, s'occuper de l'autre, se faire l'un l'autre. C'est un mot pour décrire le fait très réel mais aussi utopique que nous sommes les créateurs les uns des autres, et que nous pouvons apprendre à agir comme tels. Dans ce sens, la maternité de substitution totale est une demande de véritable maternité de substitution : une commune, une prolifération de relations plutôt que la poursuite d'une logique, Surrogacy™, qui consiste à soutenir le ménage privé propertarien, biogénétique, nucléaire qui est notre principal modèle de parenté.


"Le Propertarianisme consiste en l'achèvement de la Méthode scientifique, son application à la totalité de la connaissance humaine, un langage universellement commensurable de toute la pensée, son incarnation dans le droit commun de la responsabilité civile, et par conséquent l'éradication de la superstition, de la pseudo-science, du sophisme, de la fraude et de la tromperie du patrimoine commercial, financier, économique, politique et informationnel."


Rosemarie Ho : C'est une façon vraiment intéressante de reformuler les enjeux de votre projet - que la maternité de substitution totale peut être conçue comme votre appel à l'abolition de la famille, à l'élargissement de la sphère des relations entre les gens.

Sophie Lewis : Cela semble effrayant, émotionnellement, lorsque certaines personnes entendent l'expression "abolition de la famille". Mais quand nous disons que nous voulons abolir la famille, il ne s'agit pas de supprimer les quelques relations et infrastructures d'amour que nous avons dans ce monde. Bien sûr, le ménage privé et la famille sont les lieux où beaucoup d'entre nous trouvent la plus grande partie de la nourriture et du réconfort. La question qui intéresse l'abolition de la famille est de savoir si cela suffit, si c'est une bonne chose - qu'il y ait une telle pénurie. Nous savons que la grande majorité des abus peuvent se produire dans les foyers privés nucléaires. Et puis il y a toute la question de savoir à quoi cela sert : nous former à être des travailleurs, nous former à être les habitants d'un système binaire et stratifié sur le plan racial, nous former à ne pas être des queer.


Ce qu'il est crucial de comprendre, c'est que la maternité est un édifice idéologique très puissant. Ce n'est pas qu'il n'y ait pas un coup de fouet hormonal massif qui se produit après [la conception], en particulier pendant le post-partum. Il y a des facteurs endocriniens qui nous rendent fiers de l'expérience que nous avons acquise en prenant soin de nos nouveau-nés. Mais il y a aussi un tas d'idéologies qui nous empêchent de comprendre que quelqu'un n'aime pas vraiment le maternage, et qui nous empêchent de parler en termes un peu modérés de personnages comme Yoselyn Ortega, la nounou qui a tué les deux bébés dont elle s'occupait à Manhattan ; c'est le même cas qui a inspiré le livre de Leila Slimani, The Perfect Nanny. Le simple fait de parler de cet excès, de cette monstruosité à la limite de la vie maternelle, est étonnamment inconfortable pour notre culture.


Rosemarie Ro : En parlant de Leila Slimani, vous faites beaucoup référence à la littérature dans votre travail, en faisant appel à des auteurs aussi divers qu'Ursula Le Guin, Toni Morrison, Maggie Nelson et Elena Ferrante. Je me demandais comment l'imaginaire littéraire avait influencé votre théorie ?


Sophie Lewis : Je suis une interprète de textes plus qu'une critique, plus qu'autre chose, dirais-je, même si j'apporte de l'utopie et de l'amour à mes démembrements. C'est l'inverse de ce que dit Ruth Wilson Gilmore : "l'abolition n'est pas seulement l'absence... L'abolition, c'est trouver comment travailler avec les gens pour faire quelque chose plutôt que de trouver comment effacer quelque chose." Parfois, vous avez besoin des poètes pour vous aider à articuler quelque chose de concret. Vous avez besoin de Sylvia Plath qui décrit le processus de l'accouchement comme "une force noire qui efface son cerveau et la possède totalement" ; vous avez besoin d'Elena Ferrante qui décrit la maternité comme "un câlin fait d'une matière vivante qui amalgame et ramollit continuellement sa substance vivante pour permettre à deux suceurs de sang avides de se nourrir". C'est une métaphore terrible, mais il faut ces mots pour vous aider à mettre la viande sur les os, pour ainsi dire, d'une théorie du travail d'une symbiogénèse bidirectionnelle, l'intuition "labor does you" [de Maggie Nelson] avec laquelle j'essaie de me débattre.

Rosemarie Ro : Ce qui me frappe dans un livre comme le vôtre, qui est tellement investi d'une vision utopique, c'est : Comment comprendre la tension entre ce repro-utopianisme et les appels à l'action plus politiques ?


Sophie Lewis : Les prescriptions immédiates que mon livre implique sont des choses à soutenir ici et maintenant, comme le fait que les mères porteuses en Inde devraient être en charge de leur propre industrie et saisir les moyens de leur (re)production. Les États devraient répondre immédiatement aux demandes des travailleuses gestatrices qui réclament un contrôle accru de leur obstétrique, une rémunération plus élevée et le droit de rester impliquées, si elles le souhaitent, dans les familles de leurs clients. Mais je veux aller au-delà de l'État en fin de compte ; à cette fin, il serait utile de mettre en œuvre le sentiment qu'il est normal pour nous de penser aux bébés tels qu'ils sont faits par de nombreuses personnes. Je soutiendrais les politiques qui élargissent le nombre de personnes qui sont socialement et légalement reconnues comme des acteurs centraux et fondamentaux dans la constitution d'une personne. Cela concerne évidemment des choses comme l'extension des droits de visite à l'hôpital, etc.


L'une des grandes questions politiques actuelles est celle de la séparation des familles à la frontière. Je suis curieuse de savoir ce que cela changerait, et ce que cela enlèverait, de parler de la séparation des gens à la frontière. Nous ne devons pas nécessairement rétablir le caractère sacré de la famille pour expliquer pourquoi il est difficile de mettre les bébés en cage. C'est une mauvaise idée de mettre les gens en cage ! C'est une mauvaise idée de séparer les jeunes des personnes âgées qui s'occupent d'eux. Lorsque nous essayons d'étendre les soins directs et la solidarité aux personnes qui traversent la frontière, il est parfois nécessaire d'articuler leur droit d'être ici, et d'être ensemble, dans un langage qui parle de la valeur et du mérite inhérents à la famille. De tels choix ont des conséquences immédiates, comme par exemple jeter sous le bus des personnes qui essaient de venir d'elles-mêmes sans être dans un regroupement familial. Je n'aime pas particulièrement ce genre de calculs, même si j'en vois parfois la nécessité.


Rosemarie Ro : Quels types de rôles envisagez-vous pour les Etats-nations dans des accords transnationaux plus équitables en matière de maternité de substitution ?


Sophie Lewis : Les États-nations sont confrontés à un véritable casse-tête lorsqu'il s'agit de la maternité de substitution, qui tourne autour de questions de citoyenneté, comme lorsqu'un bébé est mis au monde dans un utérus kényan, indien ou mexicain, mais qu'il est créé à partir de gamètes suédois, californiens ou français. Toutes ces législatures ont des règles différentes sur ce qu'est une mère et sur ce qui fait la citoyenneté d'une personne ; ces minuscules bébés brouillent la géopolitique de manière vraiment intéressante. Je suppose qu'on peut entrer dans le vif du sujet et je dirais des choses comme "Pas de frontières ! Donnez toutes les citoyennetés à tout le monde !" En particulier les mères porteuses qui, lors du tremblement de terre au Népal en 2015, ont été évacuées par l'armée de l'air israélienne mais n'ont pas eu le droit d'entrer sur le sol israélien - parce que ce sont les fœtus israéliens qui se trouvaient à l'intérieur d'elles qui ont été sauvés.


En fin de compte, les solidarités internationales que nous devons construire ne seront pas facilitées par la plupart des États-nations. Nous devrions poser des exigences aux États, mais la conversation que je veux pousser est le fait que le fœtus a une relation avec la gestatrice, et que si le fœtus doit avoir des droits, la gestatrice doit les avoir. Je dirais qu'il ne devrait rien être donné à un fœtus qui ne soit pas donné à la gestatrice, donc dans ce sens, les parents commissionnaires devraient adopter leur mère porteuse indienne.


Rosemarie Ro : Nous avons tourné autour des contributions des universitaires féministes noires, moyen-orient que vous avez évoquées dans votre travail et dans notre conversation, comme Alexis Pauline Gumbs, Ruth Wilson Gilmore et Saidiya Hartman. Comment voyez-vous votre travail s'engager dans les dimensions spécifiquement racialisées de la reproduction sociale, et dans l'histoire ?


Une des idées que se fait Alexis Pauline Gumbs, c'est que la maternité noire a toujours été homosexuelle. Bien sûr, c'est une position complètement différente de celle qu'occupent les colons blancs comme moi quand on fait une progéniture biologiquement - pour continuer une relation matérielle avec les ancêtres, avec les survivants des pratiques génocidaires et de la dépossession. L'abolitionnisme familial que j'espère avoir rendu lisible doit tout aux abolitionnistes familiaux féministes noires qui, bien qu'on leur ait refusé la parenté, ont néanmoins décidé de ne pas investir dans le ménage privé nucléaire. Elles ont voulu multiplier les relations ; il y a une tradition de polymaternalisme, et une notion selon laquelle la famille ne signifie pas ce qu'elle signifie dans l'imaginaire du colon bourgeois quand on parle de la vie des Noirs. Le type d'abolition familiale dans lequel je m'investis remonte à cette tradition d'abolition familiale féministe noire, celle qui conduit Angela Davis à dire que les technologies de reproduction qui sont apparues dans les années 1980 ne sont pas nouvelles, que les femmes noires ont constitué le ménage propertarien nucléaire blanc avant même l'esclavage mobilier.


Cela dit, les gestatrices noires courent un risque incroyablement élevé de faire une fausse couche dans ce pays, et la mortalité infantile noire est astronomique par rapport aux nourrissons blancs ; c'est une situation absolument désespérée pour la justice en matière de reproduction. On pourrait penser que l'abolition du ménage privé n'est pas une priorité, politiquement, quand les gestatrices noires meurent dans les maternités, mais c'est en fait le contraire quand on considère (comme nous le montre Hartman) que c'est l'invention du ménage familial privé "naturel" qui a ancré la disponibilité de la vie noire en Amérique.


Rosemarie Ro : Et maintenant ? Où voyez-vous votre travail s'étendre au-delà de la maternité de substitution à part entière maintenant ?


Sophie Lewis : Mon nouveau projet intellectuel est lié à la prudence. Je pense que le terme "soin" a besoin d'être affiné ; je le vois utilisé dans le milieu universitaire et dans la théorie de la production sociale comme une chose qui résoudra tout. Je ne suis pas en désaccord ; par exemple, je pense que la solution à la crise climatique, d'une certaine manière, est de réorienter le monde pour privilégier le care par rapport aux types d'industrie productive et de consommation. Mais je pense aussi que nous devons rester dans la violence et nous attaquer au fait que les soins actuels sont pleins d'abus. J'aimerais parler plus en détail des différentes formes de soins : les bons, les moins bons et les mauvais soins.


Rosemarie Ho est un écrivain indépendant basé à New York. Son travail a été publié dans Popula, The Outline et ailleurs.

Sources :


Want to Dismantle Capitalism? Abolish the Family

https://www.thenation.com/article/politics/biden-progressive-agenda-democratic/


Full Surrogacy Now: Feminism Against Family | Sophie Lewis in conversation with Verso Books

https://www.youtube.com/watch?v=-yqoZjRIfCY


The Feminism Book de Lucy MANGAN


As a Black Mother, My Parenting Is Always Political

https://www.thenation.com/article/archive/black-motherhood-family-parenting-dani-mcclain/