• Sandrine NGATCHOU

Ovocytes et spermatozoïdes, un commerce lucratif et en pleine expansion

En janvier 2020, la clinique LaFemme Healthcare de Nairobi a publié une annonce pour recruter des donneuses d'ovocytes humaines volontaires afin d'augmenter son vivier, les clients recherchant davantage d'options. Auparavant, les donneuses d'ovocytes étaient choisies par le bouche-à-oreille, ce qui réduisait les options présentées aux clients.



Dr David Thuo obstetric and fertility specialist at LaFemme Healthcare Clinic in Nairobi’s Adams Arcade during an interview on April 27, 2021. PHOTO | EVANS HABIL
Dr David Thuo obstetric and fertility specialist at LaFemme Healthcare Clinic in Nairobi’s Adams Arcade


"Nous avons reçu 4 700 réponses", explique le Dr David Thuo, fondateur de LaFemme. "Et beaucoup de réactions de la part des Kenyans".


Il y a quelques années, "l'achat et la vente" d'ovocytes et de spermatozoïdes humains étaient inconnus au Kenya. Mais le commerce décolle rapidement, car de plus en plus de couples qui ne parviennent pas à tomber enceintes, de couples homosexuels et de femmes célibataires cherchent à avoir des enfants grâce à la fécondation in vitro (FIV), où un bébé est créé en laboratoire et implanté dans un utérus.


Selon le Dr Thuo, plusieurs raisons nécessitent le don de gamètes (ovocytes et spermatozoïdes).


"Il existe des couples incapables de produire leurs propres gamètes en raison de problèmes d'infertilité primaire ou secondaire. D'autres sont célibataires et souhaitent avoir des enfants. Les uns comme les autres auront besoin que quelqu'un fasse un don pour eux", explique-t-il.


Au Kenya, le don d'oocytes est particulièrement lucratif, sous-réglementé et peu étudié. Les donneuses éligibles doivent être âgées de 18 à 25 ans car la qualité et la quantité d'ovules qu'elles produisent sont très élevées.

Le docteur Wanjiru Ndegwa-Njuguna, gynécologue-obstétricienne au cabinet Footsteps to Fertility de Nairobi depuis six ans, explique que les dons d'ovocytes se font normalement à la demande.


"Un client vient et regarde les profils dans notre base de données. S'il voit une femme qui correspond à ce qu'il recherche, le processus de prélèvement d'ovules commence."


Cependant, dans certains cas, les cliniques ne doivent pas attendre qu'un client se présente. Si un donneur se présente avec une exigence qui ne figure pas dans la base de données d'une clinique, par exemple quelqu'un qui est "exceptionnellement beau ou beau ou gentil", avec des compétences uniques ou un QI exceptionnellement élevé, ses gamètes seront prélevés et stockés dans l'attente d'un client acheteur.


Au Kenya, les femmes sont rémunérées entre 30 000 (231,24 Euro) et 50 000 shillings (385,39Euro) par cycle de don. Dans les pays développés, les femmes qui donnent des ovocytes sont payées 268 000 shillings (2065,71 Euros) par cycle. Les acheteurs paient ensuite environ 535.250 shillings (4125,65 Euros) pour les ovocytes.



Dr Wanjiru Ndegwa- Njuguna consultant obstetrician and gynaecologist at Footsteps to Fertility. FILE PHOTO | NMG
Dr Wanjiru Ndegwa- Njuguna consultant obstetrician and gynaecologist


Mais le don d'ovocytes n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Les femmes reçoivent d'abord des injections de médicaments pour stimuler leurs ovaires avant que les médecins puissent prélever les ovocytes.


Les informations que les donneuses donnent sont nombreuses. Les cliniques disposent de portefeuilles de donneuses dans lesquels figurent la religion, le groupe ethnique, la taille, le poids, la couleur des yeux, la couleur et la texture des cheveux, le groupe sanguin, la profession et le niveau d'éducation. Certains contiennent des photos en couleur. Il est possible de demander une cassette audio, moyennant des frais supplémentaires de 2 000 shillings (15,42 Euro), au cas où un couple voudrait entendre une donneuse répondre à des questions sur elle-même.


Dans les cliniques kenyanes, les hommes ont le dernier mot lorsqu'il s'agit de choisir un donneur de spermatozoïde dans le portefeuille et les femmes choisissent la donneuse d'ovocytes. Un clinicien a dit un jour en plaisantant que "cela évite les risques qu'une femme choisisse un donneur de spermatozoïde qui ressemble à son ex-petit ami ou à un admirateur secret".


Pour un flacon de spermatozoïdes, les hommes kenyans sont indemnisés entre 3 000 (23,12 Euro) et 10 000 shillings. Les hommes de la région, par exemple la Tanzanie, reçoivent une compensation de 10 000 shillings (77,08 Euro). Si le donneur masculin présente des caractéristiques frappantes, l'indemnisation se situe entre 25 000 (192,70 Euros) et 30 000 shillings (231,24 Euros).


Plus les caractéristiques d'un donneur sont rares, telles que la couleur verte ou ambrée des yeux, une couleur de peau plus claire ou biraciale, des traits et des cheveux semblables à ceux d'un mannequin, et un QI plus élevé, plus elles sont recherchées et rémunérées.


Un couple peut choisir d'importer des spermatozoïdes ou des ovocytes congelés, qui sont ensuite livrés dans le centre de FIV de son choix. Les pays les plus prisés sont les États-Unis et le Danemark en raison des lois sur la confidentialité des donneurs.

Selon Ayieta Lumbasyo, avocate et bioéthicienne au centre de FIV de Nairobi, le travail des centres de fertilité n'est pas d'acheter et de vendre des gamètes.


"Les centres de FIV existent pour résoudre les problèmes de fertilité. L'argent versé aux donneurs est une compensation pour le temps perdu", dit-elle.


Faire avancer les carrières


Lors d'un don, il est impossible d'extraire plus d'un seul ovocyte de la donneuse. Pour augmenter les chances de réussite des traitements par FIV, plusieurs ovocytes sont fécondés mais tous ne sont pas implantés. Un centre de FIV est donc moralement et éthiquement obligé de conserver les gamètes et les embryons.


Cette situation a conduit à l'essor de la préservation de la fertilité - une branche de la FIV qui s'occupe de la préservation des gamètes et des embryons utilisés dans la reproduction assistée par cryoconservation.


La cryoconservation est le processus qui consiste à congeler rapidement les ovocytes et les embryons à une température de -196°C dans l'azote liquide. Cela permet une certaine souplesse dans leur utilisation, car les tissus congelés peuvent être conservés indéfiniment. Actuellement, les centres de FIV de Nairobi conservent des milliers de gamètes donnés et d'embryons restants.


Le stockage coûte entre 20 000 (154,16 euros) et 30 000 shillings (231,24 Euro) par an. Cela rapporte des millions de shillings aux cliniques de fertilité, mais l'investissement dans la technologie et les machines nécessaires n'est pas bon marché. Certaines cliniques ont dépensé jusqu'à 60 millions de shillings pour installer les machines.


Si cette technologie de congélation donne aux personnes atteintes de maladies reproductives et de cancer une chance de fonder une famille, son utilisation prend une tournure sociale.


La tendance des femmes à retarder la maternité jusqu'à ce qu'elles atteignent un âge où la fertilité a diminué, la mauvaise qualité ou quantité des spermatozoïdes due à l'augmentation du tabagisme et de la consommation d'alcool ont stimulé le commerce.


Le docteur Wanjiru dit avoir constaté une augmentation du nombre de femmes qui congèlent leurs ovocytes. Alors que les hommes qui congèlent leurs gamètes suivent un traitement contre le cancer ou vivent une relation à distance, les femmes le font également à des fins personnelles.


"Les femmes veulent faire avancer leur carrière, mais sachant que l'âge réduit leurs chances de conception, elles choisissent de congeler leurs ovocytes pour l'avenir", explique-t-elle.


Ces femmes appartiennent aux échelons supérieurs de la société, sont très attachées à l'émancipation des femmes et à la sécurité financière, à juste titre car le processus de récolte et de conservation des ovocytes coûte entre 300 000 (2312,37 Euros) et 400 000 shillings (3083,16 Euros) , une somme qu'un Kenyan moyen ne peut se permettre.


Selon le Dr Wanjiru, les femmes âgées de 25 à 35 ans peuvent congeler leurs ovocytes.


La préservation de la fertilité est un phénomène mondial. Des entreprises technologiques comme Facebook, Google et Apple offrent des options de cryoconservation à leurs employés.


Néanmoins, avant d'envisager de donner, d'acheter ou de congeler des gamètes ou des embryons, il faut prendre des décisions difficiles.


Mme Lumbasyo explique que plusieurs questions doivent être prises en compte. Par exemple, les donneurs doivent être prêts à vivre en sachant qu'un enfant avec leur ADN parcourt le monde ? À quelle fréquence faut-il donner des gamètes ? Combien de temps les tissus peuvent-ils être conservés ?


Il y a aussi la question du moment où la conception commence. La Constitution kenyane stipule que la vie commence à la conception. Cela signifie-t-il que les embryons sont des enfants et que s'en débarrasser revient à pratiquer un avortement ?


"Toutes les parties concernées doivent être conseillées et recevoir toutes les informations nécessaires afin que, lorsqu'elles signent les documents relatifs au don, à la FIV et à la conservation, elles aient fait un choix éclairé. Ces procédures requièrent des personnes saines d'esprit", précise Mme Lumbasyo.


Êtes-vous à la hauteur ?


Pourtant, la plupart des donneurs potentiels ne savent pas à quel point le processus peut être fastidieux et accablant. En plus d'avoir l'âge idéal, les donneurs doivent fournir des informations sur leurs antécédents médicaux et génétiques.


En outre, ils ne doivent pas avoir de casier judiciaire, ne doivent pas être en surpoids ou prendre des antidépresseurs. Elles doivent également se soumettre à un dépistage médical, psychologique, des maladies sexuellement transmissibles, des drogues et de l'alcool, ainsi qu'à des cultures vaginales et à des échographies.


Le Dr Thuo conseille aux femmes de faire un don trois fois dans leur vie.


En ce qui concerne la conservation, les gamètes et les embryons sont conservés pendant cinq ans, puis la demande est faite pour qu'ils soient conservés pendant cinq autres années. Les conversations sur leur élimination ont lieu une fois cette période écoulée.


"Les gamètes sont des cellules et peuvent être éliminées par le centre de traitement ou données à leur propriétaire. Cependant, les médecins ont une responsabilité médicale envers les embryons car ils sont considérés comme des tissus humains vivants et le devoir de diligence relève de la faculté de médecine", explique-t-elle.


"À ce titre, les embryons conservés ne sont transférés que d'un centre à un autre. Vous ne pouvez pas quitter une clinique avec votre embryon si vous avez l'intention de le faire implanter." De même, les centres de FIV ne peuvent pas disposer des embryons pour un client. Il existe quatre façons de disposer des embryons au Kenya : le don à un destinataire anonyme, le don à un destinataire connu, l'autodisposition ou le transfert par compassion une fois le délai de 10 ans écoulé, explique Mme Lumbasyo.


La plupart des clientes d'obédience religieuse ou celles dont l'embryon a été fabriqué à partir du matériel génétique des deux partenaires optent pour l'autodisposition, c'est-à-dire qu'elles emportent leurs embryons chez elles, ou pour le transfert compassionnel, qui consiste à implanter l'embryon à un moment où il est peu probable qu'il se développe en une grossesse.

Le transfert compassionnel est une procédure dans laquelle des embryons créés in vitro sont placés dans le col de l'utérus, le vagin ou l'utérus d'une patiente à une période infertile du cycle menstruel où ils sont censés périr. Les patientes déclarent avoir le sentiment que cette procédure est un moyen plus naturel de disposer d'un enfant et leur donne l'occasion de faire le deuil de la perte d'un enfant potentiel. Cependant, certains ont fait valoir que cette procédure est un ajout inutile et illogique au traitement de la fertilité et qu'elle détourne des ressources des soins médicaux. Nous présentons ici le transfert compassionnel comme une option de disposition alternative et soutenons que, pour certains patients, il peut constituer une extension éthique des soins de fertilité qui respecte l'autonomie et la santé psychosociale du patient.


Décès


L'utilisation d'ovocytes, de spermatozoïdes ou d'embryons après le décès d'un donneur ou d'un partenaire n'est pas envisageable au Kenya, sauf autorisation par décision de justice.


Cette année, un cas intéressant a atterri dans le tiroir de Mme Lumbasyo. Un client dont le fils est sous traitement médicamenteux connu pour affecter la fertilité masculine lui a rendu visite pour obtenir des conseils juridiques. Le client envisage de conserver les spermatozoïdes de son fils mineur.


"La loi est claire. Les parents ne peuvent pas décider de la santé reproductive d'un enfant parce que ce n'est pas considéré comme un soin primaire. L'enfant ne peut pas décider parce qu'il est mineur. Le cas de l'infertilité masculine est une réalité dans ce cas. Que se passe-t-il ?"


Mme Lumbasyo a depuis écrit une lettre aux instances médicales et juridiques du Kenya pour demander de l'aide.


Son conseil sur la reproduction assistée : "Les problèmes de fertilité sont réels et la technologie de la FIV est adoptée. Néanmoins, nous devons être conscients du fait que nous sommes des Africains avec des valeurs africaines et des croyances religieuses profondes. Il est primordial de domestiquer les lois pour les adapter aux normes de notre communauté."


Source :

Traduit de cet article

https://www.businessdailyafrica.com/bd/lifestyle/society/eggs-and-sperms-lucrative-and-growing-business-3394866


https://www.thecitizen.co.tz/tanzania/news/eggs-and-sperms-a-lucrative-and-growing-business-in-nairobi-3395938

20 vues0 commentaire