• Sandrine NGATCHOU

Médecin de clinique de fertilité utilisant son sperme sans le dire aux parents.

Un tribunal néerlandais a autorisé des tests d’ADN pour établir si un médecin décédé de fertilité a substitué son propre sperme lors du traitement des patients.


Le Dr Jan Karbaat dirige la clinique de fertilité Medisch Centrum Bijdorp près de Rotterdam, aux Pays-Bas, et on croit qu’il a utilisé son propre sperme pour concevoir au moins 47 enfants, même s’il pourrait atteindre 200 enfants. La clinique a été fermée en 2009 parce qu’elle ne respectait pas les normes d’entreposage et les irrégularités en matière de paperasserie.


L’affaire a été portée en 2017 par un groupe de 22 enfants qui avaient été conçus à la clinique de Bijdorp, avec 11 de leurs parents. Ils ont demandé la permission de récupérer l’ADN du Dr Karbaat et de le comparer aux leurs.

À l’audience de 2017, le tribunal a autorisé le prélèvement de l’ADN du Dr Karbaat à partir de divers objets à la maison, scellés et entreposés. Cependant, le tribunal a statué qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour qu’il soit comparé à l’ADN des enfants.

À l’audience de 2017, on avait entendu dire que Karbaat se vantait une fois eu 60 enfants par le biais d’un traitement de FIV.


Le Dr Karbaat est décédé en avril 2017, un mois avant le début des procédures judiciaires. Il a toujours nié les allégations et, à la suite de son décès, les avocats qui agissaient au nom de sa famille se sont opposés fermement à tout test d’ADN, prétendant que ce serait une atteinte à la vie privée.


Cependant, dans la décision rendue le 13 février 2019, le juge a déclaré : "S’il [le Dr Karbaat] utilisait son propre sperme sans l’annoncer à l’époque, sa veuve et d’autres héritiers ne peuvent pas prétendre que l’anonymat du médecin devrait être respecté."


À la dernière audience, le tribunal était convaincu qu’il y avait suffisamment d’éléments de preuve pour justifier l’analyse de l’ADN du Dr Karbaat.


Depuis le procès de 2017, le fils du médecin a fait don de son propre ADN, permettant d’établir une «relation biologique pertinente» avec 47 personnes qui ont été conçues à la clinique.

Selon CNN, le juge a également observé que "plusieurs enfants donneurs ont des similitudes d’apparence" avec le Dr Karbaat.

En vertu de la loi néerlandaise, les enfants nés avant 2004 n’ont pas le droit de connaître l’identité de leur donneur, mais le tribunal a fait une exception dans ce cas, à la lumière de la nature illégale du comportement présumé du Dr Karbaat.

La cour a également déclaré que les enfants n’auraient pas à attendre l’issue d’un éventuel appel avant de pouvoir tester l’ADN du Dr Karbaat.

Commentant l’issue de l’audition des dernières semaines, un des enfants, Merel-Lotte Heij, a dit au Guardian 'chaque enfant a le droit de savoir d’où il vient'.


Sources :


DNA test gets go-ahead to find out if fertility doctor used own sperm

18 fevrier 2019

BioNews

https://www.bionews.org.uk/page_141435


DNA test to establish if fertility doctor secretly fathered 200 children.

14 février 2019

The Guardian

https://www.theguardian.com/world/2019/feb/14/dna-tests-to-establish-fertility-doctor-secretly-fathered-children-jan-karbaat