• Sandrine NGATCHOU

"Les filles devraient commencer à se préparer pour la maternité dès 15 ans"

"Les filles devraient commencer à se préparer pour la maternité dès 15 ans" indique Royal College of Sage-femmes. Propos recueillis par Rosa Silverman, et publiés le 28 Septembre 2018 à 8:14 PM

UTASA, l'a traduit en français, puisqu'il a trouvé édifiant.

Twitter - Gill Walton (@GillWaltonRCM)

Plus tôt ce mois-ci, un utilisateur de Mumsnet du nom de « Baby1onboard11 » a lancé un nouveau thème : « J’attends mon premier bébé dans six semaines et j'espère que quelqu’un puisse avoir une expérience de naissance positive à partager? » Elle m’a écrit ça.


« J’ai entendu assez d’histoires d’horreur pouvant durer toute une vie et j’aimerais entendre celles de ceux qui ont vécu une expérience d’accouchement vraiment positive. » Près de deux douzaines de personnes ont répondu, rassurant la future mère avec des récits de leur travail simple - et, dans un cas, même « fantastique ».


Gill Walton aurait approuvé les réponses effectuées par ces personnes pour rassurer la future mère. Le chef de la direction du Collège royal des sages-femmes (RMC) souhaite ardemment voir plus d’histoires de naissance positives être partagées publiquement pour contrebalancer le flot régulier de histoires négatives. Mais, peut-être sans surprise, c’est cette dernière - sanglante, douloureuse, terrifiante - qui tend à se répandre le plus rapidement et le plus largement. Et cela, a-t-on dit, a des conséquences néfastes.


Le même jour que la discussion sur Mumsnet, Catriona Jones, une conférencière en sage-femme à l’Université de Hull, indiquent que les histoires poignantes de l’accouchement partagées via des forums en ligne conduisent une peur de l’accouchement. Jusqu’à 14 pour cent des femmes enceintes, dit-elle, souffrent maintenant de cette anxiété intense, connue sous le nom de tocophobie. « Je pense que cela a toujours été le cas », dit Walton au sujet des histoires d’horreur de naissance. « C’est simplement que les médias sociaux les rendent plus publiques.


« Je pense que cela a toujours été le cas », dit Walton au sujet des histoires d’horreur de naissance. « C’est simplement que les médias sociaux les rendent plus publiques.


Si vous dites « J’étais vraiment bien enceinte, que je suis allée en salle d'accouchement et j'ai commencé le travail, mon bébé est sorti et que j’ai allaité pendant six mois et que [tout s'est bien] déroulé », quelle histoire ennuyeuse? Mais ce n’est pas le cas, c’est une belle histoire! Nous en voulons malheureusement plus. »


Walton, mère de deux enfants et nouvellement grand-mère fière de l’un d’eux (elle me montre une photo du fils de sa fille, Barnaby, sur son téléphone) occupe ce poste depuis exactement un an lorsque nous nous rencontrons au quartier général de la RCM (Royal College of Mid-Wifes) dans le centre de Londres, en vue de sa conférence annuelle cette semaine.


À peu près à la même époque l’année dernière, j’ai interviewé la prédécesseure de Walton, Cathy Warwick, qui soutenait que les mères modernes étaient exploitées au moyen de cours d’hypnobirthing coûteux, de cours de yoga sur la grossesse, d’échographies privées, et ainsi de suite.

Walton est plus circonspecte. « Je pense que les femmes sont capables d’explorer ce qu’elles veulent pour elles-mêmes, parce que tout le monde est différent », dit-elle. « Si vous voulez de la musique de baleine, très bien! Ayez de la musique de baleine à votre naissance à la césarienne, à votre naissance dans l’eau ou à votre naissance normale. Y a-t-il un mal à cela ? Il n’y en a absolument pas. »


Mais dans quelle mesure les femmes ont-elles vraiment le choix? Des recherches, publiées le mois dernier par l’association caritative des droits à la naissance des enfants, suggèrent que les femmes des trois quarts des unités de maternité en Grande-Bretagne se voyaient refuser le droit de choisir une naissance césarienne. Les lignes directrices du National Institute for Health and Care Excellence (NICE) précisent que les femmes qui en font la demande devraient se voir offrir ce service si - après soutien et discussion avec un médecin - elles estiment que c’est le meilleur plan d’action pour elles.


Toutefois, le rapport a révélé que seulement 26% des institutions de soins de santé respectaient ces lignes directrices, et que de nombreuses femmes éprouvaient des difficultés lorsqu’elles demandaient une césarienne pour des motifs non médicaux. De plus, des chiffres récents compilés par caesareanbirth.org ont révélé que la moitié des unités de maternité avaient été fixées pour réduire les césariennes, une pratique que les militants ont qualifiée de « carrément dangereuse ».


Walton dit qu’elle ne comprend pas comment les unités peuvent suivre de telles cibles parce que « cela dépend de la population locale - donc si vous avez une population avec des niveaux élevés de diabète, par exemple, le taux de césarienne sera plus élevé. Je pense qu’il est très difficile de dire qu’il devrait y avoir un objectif de réduction. »


Ajouté à cela, « il y a probablement très peu de femmes qui veulent simplement une césarienne pour des raisons de commodité, sans véritable raison ».

Le rôle de la sage-femme dans tout cela, dit-elle, est d’aider les femmes à comprendre les enjeux et puissent disposer de véritables informations, afin qu’elles puissent faire un choix qui leur convient.


« Ce n’est pas pour lui dire, ce n’est pas pour promouvoir, c’est pour aider la femme à prendre les bonnes décisions pour elle-même et ensuite pour que la sage-femme soit la défenseure de la femme », explique-t-elle. « Ce n’est pas votre opinion personnelle en tant que sage-femme [qui importe]. »


'The role of the midwife in all of this is helping women understand the evidence, so they can make a choice that’s right for them' CREDIT: POPPERFOTO

Elle cite l’exemple d’une femme qui choisit de nourrir son bébé : « Si vous lui avez donné les bonnes informations sur le sujet, et pour l’allaitement, mais qu’elle dit : « J’ai entendu tout ce que vous avez dit et je veux quand même préparer des aliments », alors la sage-femme soutient la femme sans opinion. C’est le choix des femmes. C’est une question d’autonomisation des femmes. »


En même temps, cependant, il y a certains choix que les experts aimeraient voir les femmes faire pour se préparer au long chemin à venir.


En juillet de cette année, la RCM a éclairci des lignes directrices au Royaume-Uni sur ce qui constitue un gain de poids sécuritaire pendant la grossesse, soulevant la préoccupation que certaines sages-femmes « n’ont pas accès à cette pièce d’équipement de base, les barèmes ». NICE dit maintenant qu’il révise ses conseils de poids pour la grossesse et envisage de réintroduire des pesées régulières - chose qui a été éliminée progressivement dans les années 90, après des suggestions qu’ils faisaient aux femmes anxieuses et n’avaient aucun avantage médical. La proposition a fait l’objet d’une vive réaction de la part des militants, qui disent qu’elle est condescendante cette décision envers les femmes et qu’elle accroît les sentiments de « culpabilité totale ».


Cependant, Walton suggère que les filles, en tant que futures mères, doivent réfléchir aux implications de leur mode de vie dès l’enfance.

« Cette année, j'ai pris la parole dans une école et l’une des choses dont nous avons parlé dans le cadre de cette séance était : « Vous n’avez que 15 ou 16 ans, mais un jour, j’espère que vous serez parents. Pensez-y maintenant : à quel point êtes-vous en bonne santé ? » Vous ne vous contentez pas d’atteindre la trentaine et de penser : « Bon, je ferais mieux d’avoir un bébé. Suis-je en aussi bonne santé que possible pour avoir un bébé? »


C'est aussi la démarche de l'auteur de l'article du site UTASA, qui a créé la structure Ovo Fertility Planner, elle y propose des services de formation sur le sujet.

« Je pense qu’il y a des sujets de santé publique qui doivent être abordés très tôt dans l’enfance, sur la façon dont nous pouvons aider les femmes à être en aussi bonne santé qu’elles peuvent l’être pour leurs futures responsabilités parentales, peu importe le moment. Parce que certaines femmes qui ont des bébés ne sont pas vraiment en meilleure santé qu’elles pourraient l’être. »


En effet, selon le Rapport sur l’état des services de maternité 2018 de la RCM, la moitié des femmes qui assistent à leur premier rendez-vous chez la sage-femme sont maintenant en surpoids ou obèses.

Walton indique que nous devons « essayer d’influencer la santé des futurs parents ».

« Si nous ne le faisons pas tous pour le bien commun, nous continuerons d’accoucher de façon compliquée et aurons besoin de plus en plus de ressources pour soutenir les femmes. »


Mais l’obésité n’est pas le seul facteur qui inquiète les sages-femmes. Le rapport de la RCM a également révélé qu’au cours de la dernière année, 55 % des naissances étaient des femmes dans la trentaine ou plus – plus que jamais auparavant. « Cela a un impact, cela augmente la complexité », explique Walton de la tendance chez les mères plus âgées. « Je ne pense pas que cela changera. Nous allons simplement devoir réfléchir à la façon dont nous allons continuer de nous en occuper. »

Pense-t-elle que la solution consiste à mettre en garde les femmes contre le fait d’essayer de fonder une famille aussi tard ?

« Je ne pense pas que nous puissions faire cela! » indique Walton en riant. « Je pense que nous devons faire confiance aux femmes pour avoir des bébés au bon moment pour elles. »

Mais qu’en est-il de tous ces avertissements de professionnels de la santé au sujet de la fertilité des femmes qui décline à 35 ans ?


« Eh bien, il y a du vrai là-dedans ; les ovocytes vieillissent, dit-elle. Mais il faut que ce soit bien dans la vie. Vous devez avoir un bébé au bon moment pour vous en tant que personne; socialement; [pour] votre carrière; financièrement. Ce n’est pas une décision facile. »


Surtout pas lorsque chaque semaine semble apporter une nouvelle histoire de pénurie de sages-femmes (le rapport de la RCM trouvé pour chaque 30 formés, l’NHS - National Health Service perd 29 chaque année), fermetures de maternité (près de la moitié des unités de maternité en Angleterre ont fermé leurs portes aux nouvelles mères à un moment donné en 2017, selon une étude du Parti travailliste menée en août).

« Je ne veux pas que les femmes aient peur d’avoir un bébé, parce que ce sont les choses négatives qui sont signalées tout le temps et non les choses positives », soupire Walton. « Croyez-moi, ajoute-t-elle fermement, il y a beaucoup d’histoires vraiment positives. »


Sources :

Girls should start preparing for motherhood as young as 15, Royal College of Midwives says

https://www.telegraph.co.uk/women/life/girls-should-start-preparing-motherhood-young-15-royal-college/


Half of pregnant women attending their first maternity appointment are overweight or obese

https://www.telegraph.co.uk/news/12181610/Half-of-pregnant-women-attending-their-first-maternity-appointment-are-overweight-or-obese.html


The crazy, conflicting fertility advice about when women should have children

https://www.telegraph.co.uk/women/life/the-crazy-conflicting-advice-about-when-women-should-have-childr/

6 vues