• Sandrine NGATCHOU

L’industrie de la fertilité est en plein essor

La traduction de l'article " The fertility business is booming" du Magazine The Economist de la rubrique Business.


Les investisseurs injectent de l'argent dans des entreprises qui promettent d’aider les personnes à concevoir



Des lettres bleues saluent les femmes à Trellis, un studio de congélation des œufs à New York. « C’est à chacun d’entre nous d’inventer son propre avenir ».


Pas de photos de bébé ici, du genre qui ornent les salles d’attente sans joie dans les cliniques de fertilité traditionnelles. Au lieu de cela, le gestionnaire de l’expérience client, Casy Tarnas, invite les visiteurs à prendre un « jus de fertilité » de couleur charbon de bois. Des robes en coton turc vous attendent. Si cela ressemble à un spa plutôt qu’à une chirurgie, c’est l’idée. La congélation des œufs, qui promet de préserver les œufs sains des jeunes femmes jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à fonder une famille, est censée être une « expérience autonomisante».


Le business de la fertilité a toujours vendu l’espoir à des gens qui luttent pour concevoir naturellement. Il le fait toujours, étendant la promesse aux célibataires et aux couples de même sexe au fur et à mesure que les normes sociales changent, et de plus en plus — comme dans le cas de Trellis — à la clientèle beaucoup plus importante de jeunes femmes qui souhaitent retarder la procréation pendant qu’elles poursuivent une carrière ou attendent « l’heureux élu», et sont donc plus susceptibles d’avoir besoin d’aide quand ils souhaiteraient par vouloir des bébés.


Data Bridge, une firme de recherche, prédit que d’ici 2026, l’industrie mondiale de la fertilité pourrait engranger 41 milliards de dollars de ventes, contre 25 milliards de dollars aujourd’hui. Aujourd’hui, un Américain sur 60 naît grâce à la Fécondation In Vitro (FIV) et à d’autres traitements artificiels. Au Danemark, en Israël et au Japon, le chiffre est de plus d’un sur 25, et il augmente. En Chine, les revenus pourraient doubler pour dépasser les 7 milliards de dollars d’ici 2023, selon Frost & Sullivan, une société de données. L'ajout des marges d’exploitation élevées — d’environ 30 % aux États-Unis pour une série de fécondation in vitro de 20 000 $ —, de plus la nature est à l’épreuve de la récession du désir de progéniture, et les investisseurs sont naturellement enthousiastes.


En 2018, les entreprises de fertilité ont reçu 624 millions de dollars de sociétés de capital de risque et de capital-investissement, comparativement à moins de 200 millions de dollars en 2009, selon Pitchbook, un fournisseur de données. En juin, Jinxin Fertility a recueilli 360 millions de dollars pour une introduction en bourse, le premier à la Bourse de Hong Kong pour une société chinoise de fertilité. La capitalisation boursière de Vitrolife, société suédoise cotée en bourse, a triplé depuis 2015 pour atteindre 2 milliards de dollars.

L’argent ne va pas seulement au traitement de l’infertilité (comme le font les cliniques de fécondation in vitro), mais aussi à la préservation de la fertilité (cliniques de vitrification des ovocytes) et, encore plus éloigné de la conception, le diagnostic si un traitement ou la préservation pourrait être nécessaire un jour (tests et traqueurs). Parmi ceux-ci, le traitement de l’infertilité est le plus mature, bien que le paysage reste fragmenté 41 ans après la naissance du premier bébé fécondé.


En Amérique et en Europe, la consolidation est en cours. Les sociétés de capital-investissement pensent qu’elles peuvent réduire les coûts, acquérir plus de données sur les patients et créer des marques, comme elles l’ont fait avec les cliniques dentaires. Le mois dernier, Impilo, une société d’investissement nordique qui possédait déjà le Fertility Partnership, un grand fournisseur britannique, a accepté d’acheter Vivaneo, qui a des cliniques en Autriche, en Allemagne et aux Pays-Bas. La Chine, où entre 2006 et 2016 le nombre de cliniques de fertilité a augmenté de 88 à 451, pourrait être la prochaine. Partout, les cliniques misent sur de nouveaux services coûteux, allant des tests de dépistage de problèmes génétiques aux interventions chirurgicales qui éclosent l’utérus pour encourager l’embryon à s’implanter.


Le deuxième type d’activité de fertilité — la préservation — a été engendré par des percées plus récentes dans le domaine des cellules sexuelles qui gèlent rapidement, ce qui a augmenté considérablement les taux de survie des spermatozoïdes et des ovocytes vitrifiés après la dévitrification. Les cliniques de congélation des ovocytes prétendent contourner un dilemme auquel font face en particulier les femmes qui attendent au-delà de la trentaine, lorsque la détérioration des ovocytes s’accélèrent, diminuant ainsi leurs chances d'avoir un bébé. Traditionnellement, ces femmes pouvaient améliorer leurs chances en achetant de jeunes ovocytes sains à des donneurs, ou accepter des tentatives plus longues avec leurs propres ovocytes. La congélation des ovocytes permet aux jeunes femmes en bonne santé de faire des dons pour leur avenir.

La procédure a pris de l’ampleur aux États-Unis après que l’American Society for Reproductive Medicine en ait retiré l’étiquette « expérimentale » en 2012. En 2017, près de 11 000 femmes américaines ont vitrifié leurs ovocytes, soit 24 % de plus que l’année précédente, selon la Society for Assisted Reproductive Technology. En Grande-Bretagne, le nombre de cycles d’ovocytes vitrifiés a doublé entre 2013 et 2016, passant à 1 321. Les marges des ovocytes vitrifiés sont semblables à celles de la fécondation in vitro; certaines peuvent déjà être rentables.


Bien que les services de préservation soient principalement destinés aux femmes, les entreprises ont également en vue des hommes. L’entreprise genevoise Legacy (« The only life investment you will make ») envoie par la poste un conteneur de collecte de sperme, l’analyse et, pour une grosse prime, le stocke dans un bunker nucléaire suisse. Depuis janvier, des milliers d’hommes ont acheté la trousse Dadi à 99 $ de Dadi, une entreprise de Brooklyn (« Stockez votre sperme, arrêtez le chronomètre »). Ils comprennent un nombre étonnant d’hommes se préparant à une vasectomie, bien que le client moyen est un millénaire de 31 ans qui a réalisé que « les hommes aussi ont une horloge biologique », dit Tom Smith, le fondateur.


Les bébés de l’industrie de la fertilité offrent des diagnostics. Des entreprises comme Everlywell et Modern Fertility envoient aux utilisateurs une trousse, coûtant environ 160 $ chacun, pour recueillir une piqûre de sang ou une goutte de crachat, qui est ensuite analysé pour les problèmes potentiels des indicateurs hormonaux. Celmatix, une autre startup, propose un test plus coûteux pour identifier les marqueurs génétiques associés aux problèmes de fertilité.


Toutes les affaires de fertilité suscitent la controverse. L’an dernier, Pacific, une clinique de fertilité à San Francisco, et le centre médical de Cleveland, en Ohio, ont perdu de nombreux ovocytes et embryons à cause d’un mauvais entreposage.  Cha Fertility, à Los Angeles, a été accusé d’avoir implanté les mauvais embryons, ce qui a amené la mère biologique à abandonner des jumeaux génétiquement apparentés à deux autres couples. Peiffer Wolf, un cabinet d’avocats américain représentant plusieurs familles impliquées dans des cas similaires, affirme que l’industrie, qui peut faire face à moins de règles en Amérique que les salons de manucure, a un besoin urgent de régulation.


Cliniques en Amérique et au-delà sont également accusés de jouer avec les taux de succès. Comme les automobilistes et les gestionnaires d’actifs, la plupart prétendent des résultats supérieurs à la moyenne. Quant à leurs nouveaux extras, l’organisme de réglementation britannique, qui utilise un système de feux de circulation pour les 11 options additionnelles de la PMA, n’a pas encore donné son feu vert sur aucune des options additionnelles, ce qui signifie qu’il est à la fois sûr et efficace. Les nouvelles races de fertilité entreprise sont également critiqués pour tromper les clients. En fait, les techniques actuelles de conservation des ovocytes sont coûteuses, invasives, souvent inefficaces — et régulièrement dépassées.


En Grande-Bretagne, seulement 41 « bébés de glace » sont nés en 2016 en utilisant les propres ovocytes vitrifiés de la mère, ce qui est loin d’être suffisant pour obtenir des statistiques fiables, de sorte que les congélateurs-œufs citent souvent les taux de réussite des œufs dévitrifiés des patientes, un échantillon sain et peu représentatif. Prelude, une entreprise américaine qui a récemment fusionné dans une plus grande entreprise offrant des traitements et la préservation, promet, de façon improbable, d’aider les familles à avoir « autant de bébés en bonne santé qu’elles le veulent, quand elles le veulent ».


Extend Fertility, une autre entreprise américaine, annonce la vitrification des ovocytes « au prix d’une collation santé ». Celmatix affirme que ses tests aident les gens à « améliorer considérablement leurs chances de concevoir ». Modern Fertility admet qu’elle ne peut pas prédire l’avenir, mais offre une « chronologie de la fertilité » que certains clients peuvent traiter comme une minuterie sur mesure. Certaines startups offrent aux influenceurs Instagram des traitements subventionnés en échange de la promotion du service aux adeptes du millénaire.


Aucune de ces mesures n’atténue l’attrait de l’industrie de la fertilité pour les femmes, les hommes ou les investisseurs. Beaucoup seront déçus : les futurs parents, parce que trop d’entre eux seront encore, malgré les promesses des entreprises de fertilité, incapables de concevoir ; et, avec un tourbillon d’émotions en sortie, pour ceux qui versent de l’argent dans ces entreprises. Mais les méthodes — et les perspectives des fournisseurs — sont appelées à s’améliorer avec le temps. Avec un peu de chance, le capital actuellement investi dans la recherche sur la reproduction, un aspect étonnamment mystérieux de la biologie humaine, accélérera le processus.


SOURCES :

The fertility business is booming

https://amp.economist.com/business/2019/08/08/the-fertility-business-is-booming









46 vues