• Sandrine NGATCHOU

L'extractibilité des migrantes : Concentrer la voix des donneuses d'ovocytes

L'extractibilité (capacité à pouvoir être extrait pour un besoin spécifique) des migrantes : Concentrer la voix des fournisseurs d'ovules dans la reproduction transfrontalière. Le lien du sujet de recherche traduit ici.



Ce document explore la justice reproductive du point de vue de ceux qui se trouvent au début de la chaîne de valeur de la reproduction. Ce point de vue des donneuses d'ovocytes peut aider à donner des aperçus importants sur les processus plus larges de la création de famille à travers les frontières aujourd'hui. Il est centré sur la recherche ethnographique menée sur l'offre transfrontalière contemporaine d'ovules par les travailleuses migrantes en Espagne. Grâce à cette perspective intersectionnelle, nous sommes en mesure de mieux comprendre la reproduction transfrontalière dans son ensemble. L'approvisionnement des ovocytes peut être un moyen pour les femmes migrantes d'obtenir un avantage financier temporaire. Dans un système qui n'offre pas aux migrants un accès égal au travail et aux soins, les femmes migrantes se transforment en marchandises extractibles. En tant que telles, elles sont à la fois une marchandise et une travailleuse.


L'exemple des travailleuses migrantes qui fournissent des ovocytes peut être utilisé pour réfléchir de manière plus générale à la fourniture d'ovocytes et aux modèles transfrontaliers de reproduction et de justice reproductive tels qu'ils sont utilisés dans la construction de familles transfrontalières homosexuelles. Pris dans le cadre plus large de la justice reproductive, et en gardant à l'esprit les luttes de la reproduction transfrontalière des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, le document commence par demander comment trois inégalités croisées dues (I) à la migration/citoyenneté, (II) au chômage/travail à contrat et (III) à la race, facilitent l'industrie de la reproduction transfrontalière ? De quelle manière les travailleuses migrantes mobilisent-elles leur potentiel reproductif, y compris le temps, la blancheur, les autres similitudes raciales/phénotypiques avec les parents commanditaires, et les vies professionnelles instables dans le cadre du don d'ovocytes transfrontalier ? L'article se termine par un argument pour attirer l'attention analytique et politique sur les besoins des donneuses d'ovocytes, qui sont les ressources matérielles les plus précieuses pour la reproduction transfrontalière.




Introduction


Les pressions internes et externes en faveur de la reproduction placent les femmes et les hommes du monde entier dans une relation complexe, où un groupe vise à acquérir une "dignité" sociale en devenant parent, tandis qu'un autre groupe se transforme stratégiquement en une ressource extractible et en travailleur de la reproduction pour survivre. Un "groupe" (et j'utilise ce terme de manière vague, car les parents et les mères porteuses d'ovocytes sont tout sauf un groupe de personnes cohérent) peut se retrouver à prendre des prêts hypothécaires, des prêts et des cartes de crédit afin de pouvoir devenir des consommateurs mondiaux de services de reproduction transfrontaliers (parce qu'ils sont trop chers ou non disponibles "chez eux") (Speier, 2016). Pendant ce temps, l'autre "groupe", composé en grande partie de femmes/mères financièrement précaires, vivant à l'étranger, fournit des ovocytes en échange d'argent afin de pouvoir s'occuper de leurs enfants et de leur famille, terminer leurs études ou simplement survivre (Almeling, 2011 ; Marre et al., 2017 ; Nahman, 2016).


C'est cette relation économique et migratoire entremêlée qui constitue la toile de fond de ce document sur les expériences et les voix des femmes migrantes productrices d'ovocytes en Espagne. Si les chevauchements entre migration et reproduction ont été étudiés plus largement récemment (Erel, 2007, Erel et Reynolds, 2018, Gedalof, 2009), rares sont ceux qui ont étudié en profondeur l'importance de la migration pour la reproduction transfrontalière (Inhorn, 2015, Nahman, 2016). À travers des exemples de pratiques d'approvisionnement en ovocytes, je demande en gros comment trois inégalités croisées (I) de migration/citoyenneté, (II) de chômage/travail à contrat et (III) de race facilitent l'industrie de la reproduction transfrontalière ? De quelle manière les travailleuses migrantes mobilisent-elles leur potentiel reproductif, y compris le temps, la blancheur, les autres similitudes raciales/phénotypiques avec les parents commanditaires, et les vies professionnelles instables dans le cadre du don d'ovocytes transfrontalier ? En d'autres termes, si le fait d'être une source extractible de main-d'œuvre bon marché est un état d'esprit pour les travailleuses migrantes, comment cela se recoupe-t-il avec leur potentiel de travail reproductif en ce qui concerne l'industrie du don d'ovocytes ?


Les personnes qui ont besoin de traitements de fertilité en viennent à dépendre de la "biodisponibilité" (Cohen, 2005, Nahman et Weis, 2018) des femmes qui ont elles-mêmes besoin de moyens financiers pour survivre et élever leur propre famille. Cette biodisponibilité exige d'employer des femmes qui sont prêtes à se rendre "extractibles". Ce type de relation a été largement documenté dans d'autres domaines tels que le travail domestique et la garde d'enfants par des sociologues qui ont étudié le "déficit de soins" dans les pays riches par rapport au travail intime fourni par les femmes dans les pays pauvres (Dunaway, 2013, Salazar Parreñas et al., 2016). Il est ici question de la manière dont l'infertilité et l'industrie qui lui est associée produisent des relations et des positions qui, bien que variées, sont également mutuellement constitutives au sein d'une économie mondiale de valeur et d'effet. Ces relations intimes entre des femmes et des hommes positionnés différemment, par exemple, sont en train de devenir une nouvelle norme (Franklin, 2013).


Si cette nouvelle norme s'inscrit dans une perspective mondiale, il existe également des discours émergents qui la façonnent et sont façonnés par elle, par exemple le discours des "droits de l'homme". Des discussions en ligne entre les patientes de la fécondation in vitro (FIV) aux discussions politiques et aux publicités pour les services de reproduction, il semble que la fertilité soit présentée comme une sorte de "droit de l'homme". Dans ces discours, la définition d'un droit de l'homme est élargie pour englober le droit de certains groupes de personnes à se reproduire. Par exemple, au moment où nous écrivons ces lignes (été 2018), des dizaines de milliers de personnes en Israël ont protesté en masse contre les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LGBT) à la maternité de substitution et autres droits à la santé en Israël (1).


Au Royaume-Uni, les directives de l'Institut national pour la santé et l'excellence clinique (NICE) encouragent le Service national de santé (NHS) à fournir jusqu'à trois cycles de FIV. Les pratiques de partage des ovocytes et de vitrification sociale des ovocytes ont été étendues (Baldwin et al., 2015). Parallèlement, ces dernières années, on a assisté à une "libéralisation" des lois relatives au don d'ovocytes, avec la Human Fertilisation and Embryology Authority, l'organisme britannique qui supervise les pratiques de reproduction, permettant à une donneuse d'ovocytes de contribuer à la création de jusqu'à 10 familles (http://www.hfea.gov.uk). Ce nombre est particulièrement élevé. En tension avec cette libéralisation et avec les recommandations du NICE, selon une étude de Fertility Friends UK, 80 % des groupes cliniques commissionnés au Royaume-Uni ne parviennent pas à fournir les trois cycles de FIV recommandés (http://www.fertilityfairness.co.uk/wp-content/uploads/2016/12/IVF_Infographic-2016.pdf ). Cela a donné lieu à de nombreuses discussions dans les médias et les médias sociaux concernant les droits des femmes et des hommes britanniques à recevoir un traitement pour la fertilité sur le NHS.


L'exemple britannique ci-dessus montre qu'avoir son propre enfant est un besoin important et profondément ressenti de devenir un "droit" produit dans un sens juridique au Royaume-Uni et dans d'autres contextes nationaux aussi généreusement que possible. Cette constatation est en forte résonance avec les recherches menées en Israël, où le droit du peuple juif à avoir des enfants a été jugé si important qu'Israël est devenu le pays où le soutien à la FIV par habitant est le plus élevé au monde (Kahn, 2000 ; Nahman, 2013).


Pendant ce temps, d'autres États européens ont rendu le don d'ovocytes complètement illégal, ce qui a conduit les parents commanditaires à penser que leur droit d'avoir un enfant leur a été retiré, ou que la seule voie vers la réalisation de ce droit passe par le franchissement des frontières pour les technologies de reproduction assistée (TRA). La reproduction transfrontalière est un nouveau "choix" du consommateur qui est considéré comme un droit par les consommateurs mentionnés ci-dessus, dans un contexte de facilitation de ces pratiques par les États.

En attendant, les cliniques, sans faire de promesses concernant les similitudes physionomiques, encouragent les gens à imaginer avoir des enfants qui ressemblent à leurs parents grâce aux descriptions des donneurs (Kroløkke, 2014 ; Nahman, 2013). Cela conduit à un type d'espoir intersectionnel de la précarité sociale, dans lequel les gens moyens des pays riches se retrouvent à essayer d'adhérer à des notions rigides de famille et de parenté par le sang. Lorsqu'être parent implique de devoir justifier que vos enfants vous ressemblent. Avec des États providence réduits ou inexistants, les gens subissent la double pression de vouloir avoir des enfants afin de satisfaire de multiples pressions internes et externes, et de vouloir élever les enfants dans un environnement bon et sain. Il semble, à cet égard, que nous ayons décidé, en tant que société, qu'avoir un enfant est un droit de l'homme si vous êtes blanc et/ou dans les rangs les plus aisés. Cependant, nous n'avons pas décidé que le fait d'être soutenu lorsque vous avez un bébé est un droit de l'homme. Ainsi, même dans les cas de privilèges raciaux, il y a l'expérience des tensions de l'économie de l'"austérité" où le soutien à la reproduction sociale de la force de travail, ou à la parentalité comme on l'appelle communément, est dévalué tout comme les citoyens qui le fournissent (c'est-à-dire les soignants, les nourrices, les parents). Prendre en compte ces multiples pressions de vouloir et de pouvoir concevoir des enfants, ainsi que la capacité d'élever ensuite ces enfants, est une perspective délibérément critique. Elle nous éloigne d'un discours sur les droits pour nous rapprocher d'une sensibilité à la justice.


Si l'on examine la définition de la justice reproductive proposée par Ross, qui fait partie du groupe de féministes noires aux États-Unis en 1994 et qui a offert cet outil à la politique de la reproduction, elle déclare :


La justice reproductive est basée sur trois ensembles de droits de l'homme interconnectés : (I) le droit d'avoir un enfant dans les conditions de son choix ; (II) le droit de ne pas avoir d'enfant en utilisant le contrôle des naissances, l'avortement ou l'abstinence ; et (III) le droit d'élever des enfants dans un environnement sûr et sain, sans violence de la part des individus ou de l'État (Ross, 2017 : 290).

En tant que telle, la définition même de la justice reproductive est centrée sur les droits de l'homme. L'encadrement juridique généreux du droit à la PMA dans certains pays implique des conceptions très particulières de "l'humain" et de "la justice". Par exemple, dans quelle mesure est-il courant de savoir, dans la société occidentale dominante, que l'Afrique subsaharienne connaît des taux d'infertilité extrêmement élevés ? Les raisons de ce type d'élision sont politiques (Hörbst et Wolf, 2014). Nous pouvons poser de nombreuses questions sur la base de cette élision et d'autres. Par exemple, étant donné cette crise de l'infertilité en Afrique, pourquoi les embryons ne sont-ils pas donnés par des organisations chrétiennes telles que Snowflake aux femmes africaines ? Quels sont les "risques" culturels et sociaux perçus par les femmes africaines qui portent des bébés blancs ? Qu'en est-il des droits des femmes réfugiées et migrantes à accéder aux traitements contre l'infertilité, étant donné ce que nous savons des effets traumatisants de la migration sur la santé ? Comment les lesbiennes, les gays, les trans et les homosexuels peuvent-ils, de manière plus générale, avoir un meilleur accès aux traitements et aux soins de fertilité ?


Il n'y a pas assez d'espace pour tenter de répondre à toutes ces questions dans cette discussion, mais ce sont des questions importantes à soulever afin d'ouvrir cette question des liens entre les discours sur les droits reproductifs des parents commanditaires et la justice reproductive pour les fournisseurs d'ovules. Il existe cependant une autre dimension de la définition de la justice reproductive que je considère comme centrale ici et qui mérite d'être examinée.


L'autre aspect de la définition de la justice reproductive qui est central ici est celui de la race et de la blancheur de la majorité des mères qui approvisionnent en ovocytes, qui se trouve en tension (ré)productive avec leur marginalisation économique - ce qui entraîne leur extractibilité. Si nous examinons à nouveau les arguments de Ross concernant la justice reproductive, elle suggère qu'au centre de "... son analyse fondamentale [est] une critique de l'idéologie de la suprématie blanche qui affecte temporellement la reproduction" (Ross, 2017 : 292). Ainsi, une discussion sur la justice reproductive qui omet la race semble passer à côté de l'essentiel. Inspirée par cette définition, une vision intersectionnelle impliquant une compréhension de la "reproduction stratifiée" mondiale, de l'oppression et des inégalités encadre cet article (Colen, 1986, Crenshaw, 1991).

Les citations ci-dessous, réalisées avec des femmes d'Europe du Nord et de l'Est, montrent que la blancheur fonctionne dans une économie raciale de reproduction comme une ressource extractible supplémentaire. Je suggère qu'une compréhension des façons dont l'inégalité et l'injustice de classe et de race se produisent dans les pratiques de reproduction mondiales peut être mieux réalisée par un examen approfondi des expériences des mères qui fournissent les ovocytes elles-mêmes, et en centrant leurs voix. Ce qu'il nous faut d'abord, c'est une compréhension plus approfondie de la blancheur des productrices d'ovocytes migrantes.

Il ne suffit pas, dans ce domaine d'étude, de ne pas examiner la catégorie "blanche", le centre inexprimé du monde. Les femmes qui fournissent des ovocytes sont racialisées de manière très particulière. Dans cette étude, la majorité des femmes roumaines, ukrainiennes, lativanes et russes résidant en Espagne que j'ai interrogées ne sont pas seulement blanches, mais "blanches postcoloniales", car elles sont issues des marges racialisées de l'Europe (j'ai également interrogé deux femmes d'Allemagne, une d'Italie, une de Colombie et une des Philippines). Les 17 femmes interrogées dans le cadre de cette étude étaient toutes des migrantes en Espagne, et la plupart d'entre elles étaient blanches et originaires d'Europe de l'Est et du Nord. Selon Marre et al. (2017), les femmes migrantes représentent environ 25 % des femmes qui fournissent des ovules en Espagne.


Si l'étude sur la blancheur des minorités a été critiquée à juste titre pour avoir remis la blancheur au centre des discussions sur la race et le racisme, il est clair que la "blancheur postcoloniale" est une catégorie qui mérite d'être utilisée ici, puisque la blancheur postcoloniale représente ceux qui seraient conventionnellement identifiés comme blancs mais qui, dans le cadre de mes recherches, viennent des marges de l'Europe. Les migrants sont un excellent exemple de blancs racialisés (López, 2012). Il ne s'agit pas seulement d'une racialisation paneuropéenne (Kroløkke, 2014). Au contraire, la pensée postcoloniale contribue à nous rappeler que l'Europe occidentale et du Nord agit dans une relation coloniale avec le reste du continent. L'approvisionnement en ovocytes, en tant que processus d'extraction, fonctionne en s'appuyant sur l'extractibilité de certaines femmes, d'une certaine manière similaire à l'extractibilité de leurs marchés et de leurs terres nationales. Cette extractibilité a été démontrée par des recherches sur les fournisseurs d'ovules qui ne sont pas des migrants, comme les Américaines (Almeling, 2011, Thompson, 2005), les Espagnoles (Marre et al., 2017) et les Roumaines (Nahman, 2013).


Il ressort des données ci-dessous que l'intersection de la précarité du travail/de la santé et de la précarité sociale causée par la migration et la désirabilité raciale entraîne une pression supplémentaire sur les femmes qui fournissent des ovocytes. Leur extractibilité est inévitablement liée aux besoins matériels des donneuses d'ovocytes (leur volonté de travailler selon des horaires et des contrats instables) et à la désirabilité raciale (leur apparence physiologique, ou leur ressemblance avec les parents commanditaires, par opposition à une identité nationale partagée ou à une parenté perçue) (Homanen, 2018, Nahman, 2013, Thompson, 2005).


Dans des extraits d'interviews, la blancheur de la majorité des mères qui fournissent les ovocytes est l'une des raisons les moins évoquées pour expliquer le désir de ces femmes. Cette blancheur se présente comme une évidence, tout comme la blancheur, et ne nécessite pas d'autre explication que le fait que les donneuses "ressemblent" aux receveuses. Parfois, la désirabilité de l'apparence européenne est réaffirmée lorsque la non-désirabilité des Latino-Américains "d'apparence autochtone" est soulevée. Les femmes de cette étude, qui ne sont normalement désirables pour la société qu'en tant que travailleuses à bas salaire dans des rôles de soignantes ou de domestiques, deviennent très désirables en tant que source de similarité imaginaire (par leur blancheur) avec les parents commanditaires et, dans un nombre plus restreint de cas, par leur non-blanchité avec les parents commanditaires noirs, sud-est asiatiques et sud-asiatiques (Kroløkke, 2014 ; Gunnarsson, 2015 ; Thompson, 2001). C'est la combinaison de l'extractibilité des donneurs et de leur racialisation qui permet cela.


La blancheur postcoloniale des donneurs peut être négligée une fois que leurs œufs sont utilisés pour produire des bébés pour des parents britanniques, allemands, danois, néerlandais, américains ou autres. Dans une étude sur le don d'ovules transfrontalier entre ces deux pays (Nahman, 2008, Nahman, 2013), j'ai constaté un processus très similaire d'effacement des dimensions (géopolitiques) indésirables des femmes roumaines blanches qui fournissent des ovules aux Israéliens. Ainsi, cette similitude raciale imaginaire aide ceux qui peuvent avoir d'autres types de "manque" imaginaire en tant que citoyens - ceux qui sont jugés "incapables de se reproduire", et/ou qui sont LGBT et menacent donc la citoyenneté hétéronormative obligatoire (2). Elle les aide à être des parents et à apparaître comme des parents biogénétiques (cet article ne s'attardera pas trop sur cet aspect de la discussion, mais est une façon de le relier au reste de ce numéro spécial). Le fait même que les donneurs européens migrants soient recherchés par les cliniques et les parents mandataires pour leur blancheur, tout en étant désirables pour les États dans lesquels ils ont migré en tant que travailleurs bon marché et indésirables en tant que migrants, montre la profonde "institutionnalisation du colonialisme européen", comme le suggère Alfred Lopez dans son livre Postcolonial Whiteness (López, 2012 : 19).


En interrogeant ce concept de blancheur, nous obtenons une compréhension plus fine des processus de racialisation de la reproduction mondiale. Les extraits des interviews ci-dessous ne contiennent aucune référence directe à la blancheur, car ce n'est pas ainsi que la race fonctionne par rapport à la blancheur. Elle est là, et très structurante, sans qu'il soit nécessaire d'y faire référence dans les discussions des donneuses. Les femmes réitèrent souvent ce que les cliniques leur ont dit de leur désirabilité en ce qui concerne leurs caractéristiques physiques, la couleur des cheveux et des yeux, la beauté, le poids et la jeunesse. Cependant, la blancheur reste largement - comme dans la société - hégémonique et acceptée sans critique.


Le reste de cet article est une analyse des recherches menées sur le lien entre migration et reproduction à travers l'exemple de la reproduction transfrontalière et des "extractions de migrants" à Barcelone, où j'ai mené une étude ethnographique de deux ans sur les expériences des "fournisseuses" d'ovocytes de migrantes. Dans le contexte espagnol, les femmes migrantes sont "extractibles" parce qu'elles sont à la fois des femmes et des migrantes, qu'elles ont besoin d'un emploi et de moyens pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Dans l'économie de la reproduction transfrontalière, elles sont à la fois des travailleuses et une marchandise. Fournir des ovocytes est quelque chose qu'elles peuvent considérer comme un travail, ou comme le remplacement d'un besoin de travail par l'utilisation d'une ressource corporelle.


Contexte


J'ai mené une étude ethnographique à Barcelone en 2016-2017 (3). Il y avait initialement deux cliniques partenaires, et le recrutement a été effectué au début par l'intermédiaire de ces cliniques, puis par échantillonnage en boule de neige. L'observation ethnographique a été menée dans les cliniques, et plus largement à Barcelone. J'ai suivi les changements politiques en Espagne pendant la durée du projet et avant, de la montée du parti politique "Podemos" à l'annonce de l'indépendance de la Catalogne. J'ai parlé à des habitants de Barcelone de leurs points de vue sur les changements politiques et économiques afin de "sentir le politique", une méthode de compréhension de la culture développée par Yael Navarro-Yashin (2003).


Douze femmes qui ne sont pas nées en Espagne ont été interviewées. Quatre entretiens de suivi ont été menés, pour un total de 17 interviews. Les femmes étaient âgées de 20 à 34 ans. Elles venaient de Roumanie, Lettonie, Allemagne, Italie, Russie, Ukraine, Colombie et Philippines. Les femmes ont révélé qu'elles avaient fourni des ovocytes entre une et sept fois. En raison de la restriction selon laquelle les femmes ne fournissent des ovules qu'à six enfants au maximum en Espagne, il se peut que les femmes n'aient pas été complètement franches quant au nombre d'ovocytes donnés. Le paiement par don est d'environ 1 000 euros. Le salaire mensuel minimum local est d'environ 622 euros (données de 2016).


L'Espagne est le plus grand centre européen de don d'ovocytes transfrontalier, réalisant 50 % des cycles européens de don d'ovocytes (Ferraretti et al., 2017). Il est clair qu'en plus d'être considérée comme un pays où les ovules de donneurs sont très disponibles et ressemblent à la physionomie des parents, l'Espagne est également considérée comme souhaitable pour un service relativement peu coûteux et efficace avec des niveaux de soins élevés. Cependant, les femmes qui font don de ce matériel biologique pour créer des familles et faire des bénéfices financiers aux cliniques sont largement invisibles (Marre et al., 2017, Nahman, 2013).


Leur santé et leur bien-être sont très difficiles à suivre et n'ont pas fait l'objet d'un suivi. Nous savons que les migrants connaissent des problèmes de santé liés à des inégalités croisées, comme le fait d'être étranger, racialisé et d'avoir un accès inégal aux ressources économiques/matérielles (Viruell-Fuentes et al., 2012).


Les travailleuses migrantes représentent environ 25 % des mères porteuses d'ovules en Espagne (Marre et al., 2017). L'Espagne fournit environ 50 % des dons d'ovules en Europe, avec environ 18 000 dons répertoriés dans le dernier registre européen des dons (Ferarretti et al., 2017). C'est dans ce contexte que j'ai mené une étude ethnographique sur l'apport d'ovules par des femmes migrantes à Barcelone. Les femmes qui ont participé à cette étude étaient en grande partie originaires d'Europe de l'Est et d'Amérique latine. Elles ont été recrutées par l'intermédiaire de deux cliniques de FIV réputées, avec d'importantes patientes transfrontalières d'Europe du Nord, qui souhaitent des donneuses dont l'apparence est similaire en termes de couleur de peau, d'yeux et de cheveux. La reproduction de la blancheur dans ce cas concerne des femmes qui sont désirables pour leurs traits physiques, mais leur classe sociale et leur statut migratoire sont cachés aux yeux des receveuses. En effet, elles sont présentées comme une classe moyenne pour les receveuses par le biais de diverses pratiques. Leurs histoires de migration, de travail, d'im/mobilité, de maison et d'appartenance forment un riche site dans lequel il est possible d'élargir ce que l'on sait ou pense lorsque les gens imaginent une donneuse d'ovocytes. Ce type de réflexion sur la reproduction et la migration ensemble a été important pour compliquer la façon dont nous pensons aux 2, et une exploration beaucoup plus approfondie est nécessaire (Gedalof, 2009). Ces histoires intimes sont des sites culturels où se reproduisent la citoyenneté (Roseneil et al., 2013) et la race.


Les personnes interrogées sont généralement venues en Espagne par leurs propres moyens pour échapper à leur économie domestique, pour chercher du travail ou pour étudier ; ou avec des enfants, des parents ou des frères et sœurs. Elles occupaient principalement des emplois relativement peu qualifiés, notamment dans le nettoyage, la cuisine, les hôtesses de l'air et la restauration. L'un d'eux était étudiant, l'autre possédait une boulangerie et fournissait des œufs "comme travail d'été" lorsque les affaires étaient au plus bas. La précarité financière a été un résultat significatif des données issues des deuxièmes entretiens, un an après les premiers entretiens. Il semblerait que, lors des premiers entretiens, les femmes nous aient présenté une image de "bonne donneuse" en tant que chercheuses, comme elles le font dans les cliniques, ce qui, espèrent-elles, leur vaudra une nouvelle invitation à faire un don.


Dans ces premiers entretiens, les femmes semblaient plus réticentes à indiquer qu'elles faisaient un don en raison d'un besoin d'argent. Dans les deuxièmes entretiens, un an plus tard, elles étaient souvent plus ouvertes. Il n'est pas possible d'en tirer des réponses concluantes concernant l'instabilité financière comme motivation, mais les données indiquent certains effets des facteurs économiques sur les femmes qui sont à la fois faiblement rémunérées et migrantes. C'est cette intersection entre le fait d'être une migrante, racialisée en tant que blanche et d'être une travailleuse faiblement rémunérée qui est tirée des récits ethnographiques suivants.

Se rendre extractible : centrer les voix des travailleuses migrantes


Alina (4) : [Je travaille] dans la restauration. Je fais de la publicité. Et les gens nous engagent pour leur préparer de la nourriture. Mais qu'est-ce que cela signifie ? C'est une entreprise de restauration avec deux camions. Nous avons deux camions et nous préparons la nourriture à l'intérieur. Nous livrons aussi des plats préparés, mais nous cuisinons aussi dans les camions. Et on se lève à 4 heures du matin, on arrive au travail à 4h30 du matin. Nous soulevons et installons toutes les tables et les chaises, nous arrivons à 6 heures, 6h15 parfois, puis nous devons tout préparer... et puis nous devons être là jusqu'à [beaucoup plus tard]... [Si je n'avais pas à venir ici [à la clinique], je devrais y rester. Hier, je suis arrivé à la maison à 22 heures.


Alina, une femme qui a émigré de Roumanie vers l'Espagne, avait 30 ans et était mère de deux enfants au moment de l'interview. Ses enfants étaient âgés de 1 et 5 ans. Elle a parlé de son insomnie et de son épuisement pendant l'entretien, et a expliqué que, dans son travail actuel, elle se réveille tôt pour être là à 4h30 du matin pour commencer, ce qui ajoute à la fatigue. Elle a expliqué qu'elle avait économisé suffisamment d'argent pour émigrer en Espagne en faisant des petits boulots dans des boulangeries et des blanchisseries depuis l'âge de 14 ans.


Lorsque je l'ai interrogée au café situé dans le même complexe que la clinique, elle a fait part de son ambivalence quant à sa migration vers l'Espagne :


Michal : Aimez-vous vivre ici maintenant ?


Alina : [voix très sobre]. On s'y habitue.


Michal : Tu penses que tu vas rester en Espagne ?


Alina : [voix très sobre] : Oui.


Michal : Ah, toute ta famille est ici maintenant.


Alina : Nous vivons tous dans la même maison - c'est une situation stressante. Mais pour l'instant, c'est ce que nous avons. Maman, mon frère et nous trois, en famille. D'un côté, c'est bien parce qu'elle m'aide avec mon fils, elle reste avec lui quand je pars travailler. C'est un soutien. Mais d'un autre côté, il y a beaucoup de critiques - "ce n'est pas bien", "ce n'est pas bien", "ce n'est pas bien" [agacement].


L'histoire d'Alina met en évidence les tensions liées au travail précaire, avec des horaires inciviques, un réveil à 4 heures du matin et un retour à la maison à 22 heures. Sans le soutien de sa famille, elle n'aurait personne pour s'occuper de son fils. Pour elle, la double pression de la famille et du travail se conjugue pour rendre la vie difficile, alors qu'il est presque préférable pour elle de venir à la clinique après avoir travaillé dans un camion de restauration (sinon elle serait toujours à son travail, avec toutes les pressions que cela implique). La pression exercée sur une mère migrante dont la famille critique son rôle parental, avec l'absence d'autres emplois et la nécessité d'économiser pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, est similaire à bien des égards aux pressions exercées sur les autres fournisseuses d'ovocytes. Pourtant, elle est encore plus marginalisée du fait que d'autres formes de travail ne sont pas disponibles pour elle. La fourniture d'ovocytes peut être préférable, car elle permet de s'éloigner de l'environnement de travail difficile et de gagner plus d'argent rapidement. Son statut de migrant est également significatif, dans sa réponse codée ci-dessus ; lorsque je lui ai demandé si elle aimait la vie en Espagne, elle m'a répondu : "on s'y habitue". Le fait de devoir "s'habituer" à être une étrangère, y compris les pressions de la vie dans un autre pays, les interactions quotidiennes dans une langue étrangère, le fait de manger des aliments différents et d'être d'une nationalité (roumaine) qui n'est généralement pas si bien traitée en Europe, indique à quel point la marginalisation postcoloniale est un facteur dans la fourniture d'ovocytes à Alina. Contrairement à ce qu'elle doit endurer pour travailler et se trouver dans un pays différent de celui où elle est née, la fourniture d'ovocytes ne semble pas si onéreuse.


Histoire de Julia


Julia était une étudiante allemande de 20 ans qui était venue à Barcelone pour étudier. Contrairement à Alina, Julia était une citoyenne d'Europe occidentale. Il est intéressant de noter que, pour elle, les pressions qui l'ont amenée à fournir des ovocytes s'apparentent davantage à celles de nombreux autres fournisseuses d'œufs non migrantes, en ce sens qu'elle s'en sert pour combler un manque à gagner. Cependant, la mobilité joue toujours un rôle dans son récit. Elle utilise sa propre mobilité géographique pour se sortir de difficultés financières. Lorsque son financement pour l'université s'est épuisé, elle a décidé de devenir fournisseuse d'ovocytes. Elle était très bien informée des risques et des effets sur son corps.


Elle a déclaré : Et ils ont annoncé sans détour que vous pouvez gagner 1000 euros, et je me suis dit "wow, 1000 euros, c'est un montant assez élevé" et j'ai réfléchi et réfléchi. Et le facteur décisif, plus ou moins, a été que cela correspondait bien au moment de mon départ (d'Espagne). Deux jours avant mon départ pour Berlin, j'ai eu mon rendez-vous de suivi, et après les deux premiers semestres de mes études, j'ai décidé de retourner en Allemagne. Et le bureau de soutien financier aux études du gouvernement allemand m'a informé que je ne recevrais pas [d'argent] dans les deux mois à venir, parce que je serais entre deux blocs d'études et que je me disais "hm, ok, j'aurais vraiment besoin de cet argent" et je me suis dit "hey, ces 1000 euros seront très utiles si vous ne voulez pas vider l'argent vos parents jusqu'à ce que vous trouviez un emploi" et je me suis dit "alors pourquoi pas ?


Pour Julia, la fourniture d'ovocytes n'est pas devenue une réalité viable jusqu'à ce que le financement public de ses études universitaires soit épuisé. Elle considère le don d'ovocytes comme quelque chose que l'on peut faire au lieu d'un travail, ou au lieu de demander l'aide de ses parents. La plupart des femmes ont raconté que le don d'ovocytes était une solution provisoire lorsque le travail était faible ou pour compléter leurs revenus. Ce point est similaire à la plupart des recherches sur l'offre d'ovocytes, où sont exprimées à la fois des raisons altruistes et des raisons de besoin financier (Almeling, 2011). Marre et al. (2017) ont indiqué la manière dont les taux de chômage élevés en Espagne ont également contribué à l'augmentation du nombre de donneuses d'ovules locales.


Julia est apparue comme une étudiante de classe moyenne qui cherchait à devenir indépendante de ses parents. Alors qu'Alina cherchait à échapper au travail et à apporter un soutien financier à sa famille, Julia cherchait à se financer par ses études, en citant le temps comme un facteur qui contribuait à lui fournir des ovocytes. En d'autres termes, la fourniture d'ovocytes correspondait bien à ses besoins de faire des allers-retours entre l'Allemagne et l'Espagne. Ces deux exemples quelque peu contrastés mettent en lumière certaines des tensions liées à la mobilité et à l'immobilité des mères migrantes qui fournissent des d'ovocytes qui se trouvent dans des situations différentes (Nahman, 2011).


Histoire de Victoria


Victoria était une femme de 34 ans, sept fois productrice d'ovocytes, originaire d'Ukraine, qui vivait à Barcelone depuis dix ans au moment de l'interview. Victoria a expliqué comment elle s'est lancée dans la fourniture d'ovocytees :


Ma mère est venue ici, et elle m'a présenté la fille de son amie. Elle travaillait dans une autre clinique et elle m'a dit : "Viens chez nous, tu gagneras de l'argent et tu rendras quelqu'un heureux".


Grâce à sa communauté d'expatriés, Victoria a été attirée par la fourniture d'ovocytes en promettant de gagner de l'argent.


Victoria a déclaré qu'elle avait d'abord fréquenté une clinique différente de celle où nous l'avions interrogée :


Et je ne voulais pas (aller jusqu'au bout). J'avais vraiment peur. Je ne voulais pas. Et finalement, elle m'a convaincue et j'ai essayé une fois - mais mon mari s'était déjà opposé à ce que je le fasse - et je ne l'ai plus fait. Et cette fois, c'est aussi une de mes amies qui a fait un don à cette clinique, et elle m'a dit "viens avec moi,


Nous voyons ici le mélange entre les aspects pratiques de l'amélioration de sa propre précarité financière grâce à la fourniture d'ovules, l'aide apportée à une autre personne pour avoir un enfant (elle était elle-même mère de quatre enfants), et sa propre peur du don au départ. Cependant, la pression financière et les paroles d'une amie qui avait également fourni des ovules l'ont amenée à recommencer. Il est clair que l'offre d'ovules peut être une chose qu'il faut convaincre de faire, même pour une migrante en situation précaire.


Histoire de Ieva


Pour Ieva, une femme lettone qui travaillait comme hôtesse d'événements, la tentation était forte de compléter le travail précaire sous contrat de courte durée par l'apport d'ovocytes :


Ieva : Eh bien moi, ...je ne travaillais pas. J'avais un contrat de 6 mois, puis un contrat de 3 mois, puis j'ai travaillé comme hôtesse d'événements, mais seulement deux fois par semaine.


Michal : Pas stable.


Ieva : Pas stable. Alors j'ai dit : "Pourquoi pas ? 1000 euros. Ok pour moi".


La précarité de l'emploi était central pour Ieva. Pour elle, la fourniture d'ovocytes était interprétée comme une forme de travail contractuel. Comme les travailleuses indiennes qui se sont tournées vers la maternité de substitution comme forme de travail contractuel supplémentaire présentée dans le livre de Rudrappa (2015) Discounted Life, il s'agit d'une forme de "travail clinique" (Cooper et Waldby, 2014) que les migrantes peuvent assumer afin de faire face aux effets délétères du franchissement des frontières et des cultures.


La racialisation des femmes n'est pas une chose facile à "voir". Comme mentionné précédemment, la blancheur se présente par son absence. Cependant, la raison pour laquelle les femmes de cette étude étaient si désirables est que la majorité des clientes de ces cliniques recherchaient des ovocytes qui donneraient naissance à des enfants qui leur ressembleraient. Pour de nombreux parents commanditaires, il existe un désir de préserver un imaginaire de parenté biogénétique. Cela fonctionne en prenant des sujets minoritaires, comme les migrants d'Europe de l'Est, et en faisant de leur substance reproductive donnée des sujets blancs légitimes. Un autre sujet blanc postcolonial, Daniela, est présenté ci-dessous. À travers elle, nous voyons cette notion de blancheur postcoloniale se manifester plus clairement.


Histoire de Daniela


Daniela était une quadruple fournisseuse d'ovocytes, originaire de Colombie, lorsqu'elle a été interviewée en 2016. Elle était l'une des rares fournisseuses non européennes interrogées. Selon ses propres termes, elle avait fourni des ovocytes quatre fois jusqu'à ce qu'elle trouve un emploi mieux rémunéré :


Je n'avais pas d'argent. Alors j'ai juste - c'était ça, ou, je ne sais pas. Je n'avais pas d'argent. J'avais besoin de faire quelque chose. Et je n'ai pas pu trouver de travail, parce que je n'avais pas de papiers... Des papiers européens, pour me permettre d'avoir un travail. Si vous n'en avez pas, vous ne pouvez pas travailler. Vous êtes en situation irrégulière. Alors - voilà pourquoi. Parce que sinon ... (...) si tu n'as pas besoin d'argent, tu ne cherches pas ces choses-là.


En tant que femme d'Amérique latine, Daniela avait l'air d'une Européenne du Sud. Elle avait les cheveux blonds teints et une peau brun clair/olive. Elle n'avait pas l'air "indigène" comme les travailleurs des cliniques espagnoles qui ont tendance à parler de l'indigénéité latino-américaine. Le fait qu'elle soit perçue comme n'ayant pas l'air indigène était une racialisation d'elle en tant que "blanche" et donc acceptable. Cela signifiait que ses ovocytes auraient été désirables pour un parent espagnol ou un autre parent commissionnaire d'Europe du Sud ou d'Arabie. Elle incarnait le sujet blanc postcolonial. Des discussions avec des cliniciens espagnols ont montré que, lorsqu'ils sélectionnent des donneuses d'ovocytes de pays d'Amérique latine, ils veillent à ce que l'enfant n'ait pas l'air d'un indigène, ce qui, dans le contexte espagnol, est considéré comme un phénotype indésirable.


Ici, l'intersection de sa racialisation, de son statut de migrante et de sa précarité économique et juridique a constitué le cœur de la justification de Daniela pour prendre s'inscrire dans la fourniture d'ovocyte. Elle indique que le désespoir peut constituer un moteur pour les migrantes, et suggère que la loi peut faire obstacle à l'obtention d'un emploi rémunéré. Lorsqu'elle déclare : "si vous n'avez pas besoin d'argent, vous ne cherchez pas ces choses", l'expression "ces choses" est un euphémisme, non seulement pour la fourniture d'ovocytes, mais aussi pour gagner de l'argent par des moyens problématiques qui réifient le corps. Daniela a été l'une des rares femmes à parler de l'absence de statut légal pour travailler en Espagne, mais cette dimension fait également partie de la nuance sur la fourniture transfrontalière d'ovocytes que nous obtenons de la voix des donneurs eux-mêmes.


Histoire de victoria (Suite)


En revenant à Victoria, qui a eu un emploi stable et a accepté d'autres emplois dans une usine et un magasin en plus de son premier emploi, le manque de possibilités de travail pour les migrants a ainsi été souligné :


Il n'est pas facile de trouver du travail, surtout pour les étrangers, ce n'est pas facile du tout. Mais il faut aller chercher, aller demander et aller chercher... Il y a eu une période, quand j'ai donné naissance au troisième enfant, et j'ai reçu un congé de maternité, et cette année-là je n'ai pas travaillé du tout, mais j'ai reçu de l'argent. Cette année-là, je n'ai pas travaillé du tout, mais j'ai reçu de l'argent. Maintenant, je travaille à partir de 17 heures, puis j'ai pris un autre emploi, par exemple de 6 heures à 14 heures dans une usine, ou autre, ce qui me permet de combiner le travail et la fourniture d'ovocytes.


Victoria illustre comment le fait de travailler à temps partiel, en équipe, peut permettre de prendre en charge la fourniture d'ovocytes, puisqu'il reste quelques heures dans la journée pour se rendre aux rendez-vous à la clinique. La nature fragmentée et mal rémunérée de son emploi lui permet de fournir des ovocytes. Cette situation est similaire à celle des fournisseuses d'ovocytes en général, qui peuvent être des mères ayant de nombreux emplois à temps partiel et qui sont faiblement rémunérées.


Victoria poursuit :


Je ne sais pas... pour être honnête, pour moi [la fourniture d'ovocytes] m'a permis de sortir d'une situation où j'avais peu d'emploi - parce que, cet argent (que vous obtenez pour la fourniture d'ovocytes) est une aide matérielle - il permet quelque chose à un moment donné - pour l'école, les célébrations, le paiement des choses pour les enfants. Quand je suis devenue célibataire, j'étais seule. Je n'avais pas de soutien - c'est difficile ici de vivre seule. Pour vivre correctement, il faut deux revenus - avec une amie, une amie de sexe féminin, pour s'autoriser d'autres dépenses - mais je n'avais rien de tout cela. Et puis il y a le quatrième enfant - qui a besoin de soins et ainsi de suite. Et une fois que j'avais payé le loyer, l'école et toutes les factures, il ne restait plus rien. Et puis il y a un moment où vous voulez obtenir quelque chose pour vous-même et où vous ne pouvez pas le faire - et d'autres filles vivent la même chose. Une femme (dans une clinique) m'a dit : "Lorsque le désir de quelque chose [pour soi-même] survient, alors donnez un cadeau à vous-même et à quelqu'un d'autre".


Victoria démontre clairement le manque matériel de tant de femmes dans une société où il est difficile pour beaucoup d'entre elles d'obtenir des revenus réguliers et suffisants et où - souvent pour des raisons pragmatiques - les gens s'unissent pour mettre en commun leurs revenus afin de vivre et de survivre. C'est le cas non seulement des femmes migrantes, mais aussi, parfois, des migrants. La crise économique en Espagne, les effets de la migration et le sentiment de sa propre instabilité financière poussent les travailleuses migrantes à chercher ou à accepter de fournir des ovocytes. Ce processus de déplacement transfrontalier sous contrainte, le fait d'être une travailleuse qui lutte pour trouver un travail rémunéré stable, d'être mère (dans de nombreux cas) et - en même temps - d'être blanche (ou d'une ethnie dont la clinique a besoin pour satisfaire les demandes des parents commanditaires) est ce qui les rend extractibles. Ils utilisent leur propre extractibilité comme une sorte de travail reproductif rémunéré pour les cliniques. En ce sens, elles sont à la fois une marchandise et un sujet de travail.


Dans les premiers entretiens, les femmes ont souvent laissé entendre qu'elles fournissaient des ovocytes de manière altruiste, ce qui fait écho à une partie de la littérature bioéthique sur le sujet (Pennings et al., 2014). Cependant, les entretiens avec les mêmes femmes un an plus tard indiquent que la logique du besoin financier émerge de manière assez significative. Leur statut social combiné de migrante, de femme, de mère, et souvent de pays considérés comme étant en marge de l'Europe ou d'Amérique latine est ce qui motive leur extractibilité. Cette vision intersectionnelle de la manière dont on peut être extractible donne une vision plus claire de la politique de reproduction.


Ce sont des travailleurs(ses) migrant.e.s qui trouvent des niches dans un marché du travail mondial de plus en plus instable. Cette perspective produit une image des donneuses d'ovocytes différente de celle présentée par l'industrie du don d'ovocytes au sens large. Alors qu'elles sont protégées par des systèmes médicaux et éthiques qui les prémunissent contre l'exploitation de leur corps, le système de récompense financière pour leur don d'ovocytes fait d'elles des travailleuses économiquement exploitées qui vendent leur force de travail à des cliniques afin de gagner de l'argent pour subvenir à leurs besoins. En tant que migrants, ils sont particulièrement vulnérables à cette exploitation économique.

Pouvoir faire de nombreux dons sans autre limite qu'une loi, qu'ils peuvent (et font) facilement contourner, ne pas vraiment connaître les risques, se transformer stratégiquement et de façon répétée en un travailleur reproducteur très prisé et en une marchandise extractible signifie que leur corps n'est pas simplement biodisponible ou biodesirable. Leur corps charnu et vital est une négation matérielle vécue des notions libérales de liberté et de sécurité que le système juridique européen est censé garantir.


Comme Daniela, présentée ci-dessus, l'a dit : "Je suis inquiète, parce que j'ai besoin d'argent, la mère d'intention est inquiète parce qu'elle a besoin du bébé, et la clinique a juste besoin d'argent. Tout le monde s'en soucie. Se soucie et ne se soucie pas". Daniela souligne ici l'enchevêtrement mutuel entre les parents commanditaires et la donneuse d'ovocytes. Elle construit sa propre extractibilité et sa position dans les relations à travers les notions de soins et de qui se soucie de qui ou de quoi. Nous nous retrouvons avec la notion légèrement ambiguë de "et ne se soucie pas". L'extractibilité des mères qui approvisionnent en ovocytes se forme précisément à la jonction de la capacité de chacun à "ne pas se soucier", en un sens, à la rendre extractible.


Conclusion


La migration, et l'effet combiné du franchissement des frontières, des systèmes juridiques, des cultures, des pratiques de citoyenneté et des emplois discriminatoires, augmentent la nécessité pour les travailleuses migrantes d'exploiter leurs capacités de reproduction et leur blancheur. C'est à la fois et précisément à cause des recoupements entre leur féminité, leurs origines étrangères et l'instabilité économique que les femmes sont désirables et extractibles. Les mécanismes discursifs et matériels permettant de réaliser leur extractibilité résident directement dans ces inégalités qui se renforcent mutuellement et dans la particularité de leur enchevêtrement.


Cette analyse des expériences des mères migrantes qui approvisionnent en ovocytes confirme et étend notre compréhension de l'offre d'ovocytes dans les sciences sociales. S'il a déjà été démontré que les femmes fournissent des ovocytes dans leur pays d'origine par nécessité économique (Almeling, 2011, Gupta, 2012 ; Marre et al., 2017 ; Nahman, 2011, Nahman, 2013), les particularités du travail précaire, des arrangements familiaux instables, des visas et des implications sanitaires de la migration confèrent une autre dimension qui contribue à approfondir la compréhension des rouages de la politique de reproduction transnationale et à donner des indications sur la race/le racisme, le lien entre migration et reproduction et le travail des femmes.


Se rendre extractible et être désirable pour ses qualités raciales et autres imaginées sont des processus qui se produisent dans de nombreux autres contextes repro-nationaux (et transnationaux) (Almeling, 2011, Gunnarsson, 2015, Gupta, 2012, Gurtin, 2011, Inhorn, 2015, Kroløkke, 2015, Marre et al., 2017 ; Schur, 2017 ; Whittaker et Speier, 2010, Zanini, 2011). Centrer les perspectives et les voix des ovoproducteurs dans ces autres études semble être une intervention importante. Dans une période économique et politique particulièrement tendue, comme celle que connaît actuellement l'Occident, les exemples de ce document nous permettent de voir les façons contradictoires dont les ovoproducteurs négocient pour devenir extractibles.

Chaque fois qu'un donneur ou donneuse blanc (blanche) est apparié.e à un parent blanc d'intention, nous avons un rétablissement de la "race" (Homanen, 2018, Nahman, 2013). Dans cette reproduction de la blancheur se trouve la reproduction de l'infériorité de ce qui n'est pas blanc. L'inégalité des sujets blancs minoritaires (migrants, Européens marginaux et/ou classe ouvrière) dont le corps est rendu extractible par eux-mêmes et par la clinique, ainsi qu'un ensemble de relations globales qui requièrent une "parenté" raciale impliquant de se ressembler, y sont également intégrés (5). L'acte de reproduction transfrontalier dans le cadre de la maternité de substitution et du don d'ovocytes lorsqu'il s'agit de parents blancs commanditaires (et il existe un marché florissant de la reproduction parmi les groupes racialisés) peut donc être considéré sous l'angle de la reproduction de la blancheur. Le désir parental pour un bébé devient un moment de production de race, et pas seulement un moment de procréation (Strathern, 1995).


La notion de "justice en matière de procréation" a connu un regain d'intérêt et s'est étendue au domaine de la reproduction transfrontalière, de la FIV, de la maternité de substitution et du don d'ovocytes. Elle a, dans certains cas, été présentée comme concernant les droits de certains groupes (souvent privilégiés) à se reproduire. Comme le montre ce numéro spécial, il est très important de l'examiner du point de vue des homosexuels et d'autres subjectivités. Je suggère que le point de vue des fournisseuses d'ovocytes soit au centre de cette discussion. Leurs perspectives présentent inévitablement un point de vue sur ces pratiques du point de vue des sujets racialement désirables et socialement et économiquement marginalisés. Il n'est pas possible de dire simplement que les donneuses d'ovocytes sont "exploitées" en fonction de leur migration, de leur race, de leur sexe et de leur classe sociale. Ce document a présenté une analyse intersectionnelle démontrant que les façons dont elles deviennent "extractibles" sont uniques et spécifiques. Les travailleuses qui fournissent des ovocytes en échange d'argent sont soumises à des processus qui les rendent extractibles, et ce pour des raisons variées, selon les périodes historiques et les contextes politico-économiques. Les femmes migrantes qui le font donnent un aperçu d'une population encore plus extractible que les donneuses locales, étant donné les instabilités et les vulnérabilités propres à ces expériences. Si nous appliquons la notion de justice reproductive aux fournisseuses d'ovocytes de la même manière qu'aux donneuses d'ovocytes qui sont également parents d'intention et aux mères porteuses, nous pouvons donner un sens plus aigu à l'aspect "justice" de la justice reproductive.


Remerciements


Je tiens à remercier Marcin Smietana et Charis Thompson de m'avoir invité à participer au symposium "Making Families" à Berkeley et de faire maintenant partie de cette publication. Leurs commentaires et leur soutien ont été inestimables. Les conversations avec Sharmila Rudrappa au sujet de notre réflexion commune sur les "économies extractives de reproduction" ont été très inspirantes dans le processus de rédaction du présent document. Nous remercions les deux généreux réviseurs qui ont contribué à la rédaction de ce document. La recherche en Espagne n'aurait pas été possible sans le soutien enthousiaste et le travail acharné de l'associée de recherche sur le projet, le Dr Christina Weis, dont les compétences et l'énergie ont permis de conserver mon emploi de mère tout en continuant à faire de la recherche. Le financement de la recherche espagnole et britannique provient de l'Université de l'Ouest de l'Angleterre, à Bristol. Je suis très reconnaissante de ces ressources pour soutenir mon travail.


L'auteur de ce sujet de recherche


Michal Nahman est un anthropologue qui travaille au carrefour de l'anthropologie médicale et politique. Elle a mené des recherches au Canada, en Israël/Palestine, en Roumanie, en Espagne et au Royaume-Uni. Son travail s'articule autour de l'imbrication de la reproduction avec les préoccupations nationales, frontalières, migratoires et économiques dans le cadre d'études technoscientifiques féministes et d'une perspective anthropologique. Son livre Extractions : an Ethnography of Reproductive Tourism (Palgrave, 2013) s'inspire d'une étude sur le don d'ovules et la fécondation in vitro transnationaux entre Israël et la Roumanie au moment de la deuxième "Intifada" palestinienne. Elle a réalisé un film ethnographique, "Atomised Mothers : a Film about Isolation, "Austerity" and the Politics of Parenthood". Une vidéo Youtube du film : Atomised Mothers: A film about isolation, ‘austerity’ and the politics of parenthood


Sources :


(1) Seulement environ 1000 personnes ont participé aux récentes protestations israéliennes contre le nouvel État-nation en Israël qui définit Israël comme un État-nation exclusivement juif.


(2) La naturalisation de la relation de parenté entre les parents d'intention et leurs enfants imaginaires ne peut fonctionner que si les femmes qui fournissent les ovocytes sont "similaires", sur le plan racial, aux parents. D'après mon expérience, lors de recherches antérieures, les parents qui n'avaient pas l'air conventionnellement "européens" ont adopté une approche "d'allègement" ou d'européanisation. Cette démarche visait à se "blanchir" par l'intermédiaire de leurs enfants (Nahman, 2006). Dans le même temps, il existe également le risque d'être "outted" (en plus d'être "infertile"), c'est-à-dire d'être racialement indésirable. En tant que telle, cette question est très complexe du point de vue de l'intention des parents.


(3) With generous funding from the University of the West of England, Bristol.


(4) Tous les noms sont des pseudonymes. De nombreux entretiens ont été menés par un traducteur et/ou un enquêteur dans la langue maternelle de la femme. Cela signifie que le dialogue avec les femmes semble parfois irrégulier pour un lecteur de langue maternelle anglaise. J'ai conservé certaines de ces irrégularités afin de donner une idée du processus de traduction et du fait que la femme interviewée se fait comprendre par un intervieweur anglophone. Le processus de traduction vers une personne qui ne parle pas votre langue maternelle est laborieux. Il fait partie de l'existence quotidienne de nombreux migrants, ce qui les aide à "s'ouvrir" à d'autres expériences. Il semble utile, d'un point de vue ethnographique, que le lecteur fasse l'expérience de certains des défis que pose la traduction de soi, et qu'il garde le sentiment d'une traduction continue dans le texte.


(5) Il faut ajouter ici que pour les donneurs et les parents d'intention non blancs, il existe également un processus de reproduction de la race, ou de l'uniformité, comme dans le cas des parents d'intention d'Asie du Sud-Est et d'Asie du Sud qui veulent un donneur qui reflète leur propre apparence.


Speier, 2016 : Speier A. NYU Press; 2016. Fertility Holidays: IVF Tourism and the Reproduction of Whiteness.


Almeling, 2011 : Almeling R. Univ of California Press; 2011. Sex cells: The medical market for eggs and sperm.


Thompson, 2005 : Thompson C. MIT Press; 2005. Making parents: The ontological choreography of reproductive technologies.


Marre et al., 2017 : Marre D., Román B.S., Guerra D.Medical anthropology.2017. On Reproductive Work in Spain: Transnational Adoption, Egg Donation, Surrogacy; pp. 1–16.

Extrait de l'article :

La chute de la fécondité en Espagne depuis la fin du XXe siècle peut sembler refléter une baisse du désir d'enfant. Néanmoins, les déceptions en matière de reproduction résultant des inégalités entre les sexes amènent de nombreuses femmes espagnoles à retarder leur maternité et à connaître des problèmes de fertilité liés à l'âge. Pour elles, la création d'une famille ne devient souvent possible que grâce au travail reproductif d'autres femmes. Notre analyse de l'adoption transnationale, du don d'ovules et de la maternité de substitution en Espagne montre comment l'anonymat et l'altruisme jouent dans ces trois stratégies, avec des implications sur la valorisation du travail reproductif des femmes et sur les relations entre les prestataires de services de reproduction, les intermédiaires, les bénéficiaires et les enfants qui en résultent.


Nahman, 2016 : Marre D., Román B.S., Guerra D.Medical anthropology.2017. On Reproductive Work in Spain: Transnational Adoption, Egg Donation, Surrogacy; pp. 1–16.


Erel, 2007 : Erel U. Constructing meaningful lives: Biographical methods in research on migrant women.Sociol. Res. Online.2007;12(4):1–14.


Erel et Reynolds 2018 : Erel U., Reynolds T. Introduction: migrant mothers challenging racialized citizenship.Ethn. Racial Stud.2018;41(1):1–16.


Gedalof, 2009 : Gedalof I.Fem. Rev.2009;93:81.


Cohen, 2005 : Cohen L.Global assemblages: Technology, politics, and ethics as anthropological problems.2005. Operability, bioavailability, and exception; pp. 79–90.


Nahman et Weis, 2018 : Nahman M., Weis C. Becoming Bioavailable: Migrant Women Egg Providers in Spain. In: Nahman Michal, Tober Diane., editors.‘Beyond Bioavailable Bodies: Reproductive Work and Cross-Border Family Making’ Special issue of Body and Society.2018. (forthcoming)


Dunaway, 2013 : Dunaway W., editor.Gendered commodity chains: Seeing women's work and households in global production.Stanford University Press; 2013.


Salazar Parreñas et tous, 2016: Salazar Parreñas R., Thai Hung Cam, Silvey Rachel. Guest Editors' Introduction: Intimate Industries: Restructuring (Im)Material Labor in Asia.Positions Asia Crit.2016;24(1):1–15.


Khan, 2000 : Kahn S.M. Duke University Press; 2000. Reproducing Jews: A cultural account of assisted conception in Israel.


Nahman, 2013 : Nahman M. Palgrave; Basingstoke: 2013. Extractions: An Ethnography of Reproductive Tourism.


Kroløkke, 2014 : Kroløkke C.H. West is best: Affective assemblages and Spanish oöcytes.Eur. J. Women's Stud.2014;21(1):57–71.

Extrait de l'article :

Cet article utilise le concept d'assemblage affectif pour discuter de la manière dont les voyageurs de la fertilité donnent un sens à leur décision de se rendre en Espagne pour le don d'ovocytes. La maternité naît de discours racistes et sexistes sur l'échange d'ovocytes, et d'organismes de vente des ovocytes des donneuses espagnoles idéalisés et féminisés (fertiles et généreux). Dans leurs récits, les voyageurs de la fertilité emploient un récit dans lequel les ovocytes deviennent des pièces de rechange nécessaires, mais aussi des substances exotiques au tempérament et à la nationalité racialisés ainsi que des corps collectifs - façonnés par le corps, l'intention et le désir de la femme réceptrice. De cette manière, la parenté est créée par le partage du sang et de l'espace, du désir et de l'intention, tandis que les différences entre les receveuses et les donneuses sont minimisées. La directionalité du désir, de l'espoir et de l'imagination a pour effet de naturaliser le don transnational d'ovocytes et de le transformer en une sorte de féminité partagée d'Europe occidentale.


Hörbst et Wolf, 2014 : Hörbst V., Wolf A. ARVs and ARTs: Medicoscapes and the Unequal Place-making for Biomedical Treatments in sub-Saharan Africa.Med. Anthropol. Q.2014;28:182–202.


Ross Loretta, 2017 : Ross Loretta J. Reproductive Justice as Intersectional Feminist Activism.Souls.2017;19(3):286–314.


Colen, 1986 : Colen S.American Ethnological Society Meetings, Wrightsville Beach, NC.1986. Stratified Reproduction: The Case of Domestic Workers in America.


Crenshaw, 1991 : Crenshaw K. Mapping the margins: Intersectionality, identity politics, and violence against women of color.Stanf. Law Rev.1991:1241–1299.


Lopez, 2012 : López A.J., editor.Postcolonial whiteness: A critical reader on race and empire.SUNY Press; 2012.


Yael Navarro-Yashin, 2003 : Navaro Y. ` ‘Life is dead here’ Sensing the political in `no man's land'.Anthropol. Theory.2003;3(1):107–125.


Ferraretti et al., 2017 : Ferraretti A.P., Nygren K., Andersen A.N., de Mouzon J., Kupka M., Calhaz-Jorge C., Wyns C., Gianaroli L., Goossens V. Trends over 15 years in ART in Europe: an analysis of 6 million cycles.Human Reprod. Open.2017;2017(2)


Almeling, 2011 : Almeling R. Univ of California Press; 2011. Sex cells: The medical market for eggs and sperm.


Nahman, 2011 : Nahman M. Reverse traffic: intersecting inequalities in human egg donation.Reprod. BioMed. Online.2011;23(5):626–633.


Ruddrapa, 2015 : Rudrappa S. NYU Press; 2015. Discounted life: The price of global surrogacy in India.


Gupta, 2012 : Gupta J.A. Reproductive biocrossings: Indian egg donors and surrogates in the globalized fertility market.Int. J. Fem. Approaches Bioeth.2012;5(1):25–51


Gurnnasson, 2015 : Gunnarsson Payne J. Reproduction in transition: cross-border egg donation, biodesirability and new reproductive subjectivities on the European fertility market.Gender Place Cult. J. Fem. Geogr.2015;22(1):107–122.


Gurtin, 2011 : Gurtin Z. Banning reproductive travel? Turkey's ART legislation and third-party assisted reproduction.Reprod. BioMed. Online.2011;23:555–564.


Inhorn, 2015 : Inhorn M.C. Duke University Press; 2015. Cosmopolitan conceptions: IVF sojourns in global Dubai.


Whittaker et Speier, 2010 : Whittaker A., Speier A. ‘Cycling overseas’: care, commodification, and stratification in cross-border reproductive travel.Med. Anthropol.2010;29(4):363–383.


Zanini, 2011 : Zanini G. Abandoned by the State, betrayed by the Church: Italian experiences of cross-border reproductive care.Reprod. BioMed. Online.2011;23(5):565–572.


Homanen, 2018 : Homanen R. Reproducing whiteness and enacting kin in the Nordic context of transnational egg donation: Matching donors with cross-border traveller recipients in Finland.Soc. Sci. Med.2018;203:28–34.


Strathern, 1995 : Strathern M. Displacing Knowledge: Technology and the Consequences for Kinship. In: Ginsburg F., Rapp R., editors.Conceiving the New World Order.University of California Press; Berkeley: 1995. pp. 346–368.