• Sandrine NGATCHOU

Impacts intergénérationnels de la violence familiale : Etude à lire

Impacts intergénérationnels de la violence familiale - Mères et enfants dans une vaste étude prospective de cohorte de grossesse.




Contexte de l'étude :


La violence et d'autres adversités se produisent souvent ensemble, mais font généralement l'objet d'une enquête individuelle. Les objectifs principaux de ce document sont d'enquêter : (i) la relation entre l'exposition de la mère à la violence (y compris la maltraitance pendant l'enfance et la violence du partenaire intime) et la santé mentale et physique après l'accouchement ; et (ii) la mesure dans laquelle l'exposition à la violence et la mauvaise santé mentale et physique de la mère sont associées aux difficultés émotionnelles et comportementales des enfants.


La prévention des effets à long terme de la violence sur la santé des enfants est une priorité de santé publique internationale. Bien que les estimations de la prévalence varient, on estime qu'un enfant sur quatre dans les pays à revenu élevé est exposé à la violence entre partenaires intimes (VPI) entre les personnes qui s'occupent de lui [1, 2]. Les enfants exposés à la violence entre partenaires intimes courent un risque accru de problèmes de santé physique et mentale tout au long de leur vie [2, 3]. Il est de plus en plus reconnu que l'impact de la VPI sur les enfants ne se limite pas à être témoins de comportements abusifs. La VPI a également des répercussions sur la santé mentale, le développement et le fonctionnement de l'enfant, en raison d'une atmosphère familiale de contrôle et/ou de peur, de la détérioration active de la relation parent-enfant par le partenaire violent, de l'altération des compétences parentales des deux personnes qui s'occupent de l'enfant, de l'isolement de la cellule familiale et d'une probabilité accrue de maltraitance ou de négligence de l'enfant et d'adversité sociale [4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11]. Jusqu'à présent, les recherches ont principalement porté sur la compréhension.




La recherche dans son contexte :


Preuves avant cette étude

La violence à l'égard des femmes et des enfants est courante et connue pour avoir des effets néfastes sur la santé mentale et physique. Différents types de violence familiale et d'autres adversités sociales, telles que la pauvreté et la mauvaise santé, se produisent couramment et se répètent au fil du temps et des générations. Toutefois, la majorité des études de recherche se concentrent sur des expositions uniques, comme les abus subis pendant l'enfance ou la violence exercée par un partenaire intime. Peu d'études ont la capacité d'explorer les expériences intergénérationnelles. En janvier 2019, nous avons effectué des recherches dans EBSCO, PsychInfo et Medline sur les thèmes suivants : (violence exercée par un partenaire intime ou violence domestique ou exposition à la violence) et (maltraitance ou négligence envers les enfants) et (santé ou santé maternelle) et (santé du nourrisson ou de l'enfant ou enfant* ou enfant d'âge préscolaire). Après avoir éliminé les doublons et procédé à un dépistage manuel, nous avons identifié deux documents qui examinaient l'exposition à la maltraitance maternelle et infantile et la VPI et qui rendaient compte des résultats en matière de santé maternelle et infantile. Les deux études ont fait état d'une certaine association entre l'exposition à la violence maternelle, la mauvaise santé mentale de la mère et les mauvais résultats pour l'enfant, avec des résultats mitigés pour les aspects spécifiques étudiés. Cependant, les deux études ont impliqué un recrutement ciblé (des services de VPI et d'un service ambulatoire de pédopsychiatrie), ont mesuré les résultats des enfants sur une large gamme d'âges de développement (par exemple 1,5-15 ans), et aucune des deux études n'a inclus la santé physique maternelle. Des données au niveau de la population sont nécessaires pour englober le large éventail de familles touchées par la violence familiale.


Valeur ajoutée de cette étude

Ce document présente les résultats d'une vaste cohorte prospective de femmes enceintes intégrant des mesures validées de la maltraitance maternelle pendant l'enfance, de la violence exercée par le partenaire intime et des résultats pour la mère et l'enfant au cours des quatre premières années du post-partum. Peu d'études ont la capacité d'explorer les expositions multiples à la violence, la santé physique et mentale de la mère et les résultats pour l'enfant. Ce document reflète la complexité du "monde réel" dans un domaine qui s'est concentré sur la mesure des associations entre les expositions uniques et les résultats. Cette complexité supplémentaire permet d'identifier les facteurs pouvant faire l'objet d'une intervention visant à réduire les effets de la violence familiale sur plusieurs générations. L'étude fournit des preuves basées sur la population pour les associations au niveau de la communauté entre les expériences maternelles d'abus pendant l'enfance, la VPI et la mauvaise santé mentale et physique de la mère qui ont été précédemment identifiées dans de plus petits échantillons de foyers et de services. Pour l'enfant index, les expositions cumulées (expositions multiples à la violence ou mauvaise santé mentale ou physique de la mère à plusieurs moments) ont chacune ajouté indépendamment aux chances de mauvais résultats à l'âge de quatre ans.


Implications de toutes les preuves disponibles

La plupart des preuves de la prévalence et des effets du VPI sur les femmes et les enfants proviennent de petits échantillons recrutés par les services compétents (par exemple, la protection de l'enfance) ou d'échantillons de réfugiés. Ces familles représentent une proportion spécifique et faible des familles victimes de violence dans la population générale. De nombreuses familles victimes de violence familiale ne divulguent pas leur situation ou ne sont pas portées à l'attention des services de lutte contre la violence familiale. Les femmes et les enfants dont l'exposition à la violence est limitée dans le temps ou dans sa gravité présentent des résultats similaires à ceux qui ne sont pas exposés. Il est nécessaire de mieux comprendre comment les schémas cumulatifs des antécédents maternels de maltraitance pendant l'enfance, de l'exposition à la violence du partenaire intime et de la mauvaise santé physique et psychologique de la mère affectent la santé des enfants afin d'éclairer l'élaboration d'approches de prévention et d'intervention précoce adaptées aux femmes et aux enfants.


Méthodes

Cohorte de grossesse prospective (n = 1507) suivie jusqu'à 4 ans après l'accouchement. Mesures validées utilisées : Échelle composite des mauvais traitements ; Échelle de dépression postnatale d'Édimbourg, SF-36, Rapport d'auto-évaluation des antécédents de maltraitance des enfants ; Questionnaire sur les forces et les difficultés. La régression logistique a été utilisée pour étudier les associations entre la maltraitance maternelle pendant l'enfance, la violence du partenaire intime (VPI), la santé maternelle et les difficultés émotionnelles et comportementales de l'enfant à l'âge de 4 ans.

n = nombre de femmes suivies


Résultats

Deux femmes sur cinq (41 %) ont déclaré avoir été victimes d'abus dans leur enfance, et près d'une sur trois (29 %) ont déclaré avoir été victime de VPI au cours des quatre premières années de sa maternité. Les femmes qui ont déclaré avoir subi des violences physiques et sexuelles pendant leur enfance ont nettement augmenté les risques de VPI et de mauvaise santé physique et mentale à tout moment (grossesse, première année post-partum et quatre ans post-partum). Pour l'enfant index, l'exposition à la violence (abus maternels pendant l'enfance ou VPI) et la mauvaise santé physique ou mentale de la mère étaient associées à des risques plus élevés de difficultés émotionnelles/comportementales à l'âge de quatre ans. Dans les modèles multivariables (ajustés en fonction du sexe de l'enfant et de l'âge de la mère), les expositions cumulatives (expositions multiples à la violence ou mauvaise santé mentale ou physique de la mère à plusieurs moments) ont chacune indépendamment ajouté à une probabilité accrue de difficultés émotionnelles/comportementales. Les enfants de mères ayant déclaré avoir subi des sévices pendant leur enfance mais n'ayant pas été exposées à la VPI avaient des chances de connaître des difficultés similaires à celles des enfants de mères n'ayant pas déclaré avoir été exposées à la violence, ce qui suggère des résultats résilients lorsque les expériences de violence ne se répètent pas dans la génération suivante.


Interprétation

Le regroupement des risques (expériences de violence des enfants et des adultes) et l'accumulation des risques au sein des familles (VPI, mauvaise santé maternelle, difficultés des enfants) mettent en évidence la nécessité d'une intervention précoce efficace pour limiter ou atténuer l'impact de la violence tout au long de la vie et pour rompre le cycle intergénérationnel du désavantage.


Source :

Volume 15, P15-61, Octobre, 1, 2019

Intergenerational Impacts of Family Violence - Mothers and Children in a Large Prospective Pregnancy Cohort Study

D. Gartland, R. Giallo, H. Woolhouse and all


https://www.thelancet.com/journals/eclinm/article/PIIS2589-5370(19)30147-6/fulltext




12 vues0 commentaire