• Sandrine NGATCHOU

HFEA publie des règles sur les options de FIV

Article du 16 Juillet - Traduit de plusieurs sources


L'autorité britannique de fertilisation humaine et d'embryologie exigent désormais des cliniques de fertilité fournir des informations complètes aux patients sur n'importe quels services complémentaires ou options de FIV qui sont proposés.

Cette nouvelle règle assurera que les patients qui optent pour le traitement de fertilité sont entièrement informés avant de s'engager vers n'importe quelles procédures supplémentaires qui n'ont pas été avérées efficaces.

"Les cliniques indiquent que ces mesures sont dues à la pression des patientes" indique Sally Cheshire, la présidente du HFEA. "Nous disons que les cliniques doivent être robustes et éthiques dans ce qu'elles offrent, particulièrement s'ils demandent aux patients de payer pour ces traitements."

Les options sont les procédures facultatives qui ont pour but d'augmenter les chances d'une grossesse réussie résultant d'un traitement de fertilité. Actuellement, 70% des cliniques de fertilité à Londres proposent ces options dans leurs offres et le prix pour une procédure unique peut s'étendre de £ 400-£ 1000, selon des les technologies utilisées.. Cependant, les traitements complémentaires le plus généralement offerts n'ont jamais ou été testés dans des essais cliniques, ou n'ont pas été soigneusement testés pour démontrer l'efficacité, selon le HFEA.


En conséquence, on demande fréquemment aux patients de payer loin plus les montants de référence de £3,000-£5,000 comme des frais raisonnables pour un cycle seul de FIV.

"Nous savons que l'on demande à quelques patients de payer le double ou le triple, ou même £ 20,000 pour un cycle et pourtant ces options n'appportent pas de différences particulières pour nous professionnels,"indique Sally Cheshire.


Les options comme ' Assisted Hatching ', qui utilise un laser, un acide ou d'autres moyens pour passer à travers le revêtement de protéine d'un embryon pour aider l'implantation, ou "time-lapse imaging", qui suit à la trace le développement des embryons sous un microscope, n'ont pas été prouvés pour augmenter des taux de naissance vivante (le taux de grossesse et le taux de naissance vivante sont différents, ce qui est important c'est le taux de naissance vivante, à savoir disposer d'un enfant dans ses bras). De même "l'immunologie reproductrice'" (Plusieurs types de cellules immunitaires ont été identifiées dans l’interface materno-fœtale, y compris les cellules utérines Natural Killer (uNK) (70%), macrophages (20%), cellules T (10%), cellules dendritiques et cellules B (en faible quantité)) qui utilise des médicaments pour supprimer le système immunitaire de la mère, manque non seulement de preuve démontrant l'efficacité, mais a été montrée pour être associée aux effets secondaires nuisibles comme des infections chroniques, l'empoisonnement du sang et des réactions allergiques sévères.


On a récemment entendu parlé de 2 options communs deux accessoires communs, "endometrial scratching" et le traitement "Augment" qui injecte dans les ovocytes de la patiente son propre mitochondrie, n'avoir aucun effet dans les essais cliniques.


Le traitement "Augment" utilise l'énergie produite par les mitochondries des propres cellules précurseurs des ovocytes (EggPC), qui sont des ovocytes immatures trouvés dans les parois protectrices des ovaires, apportant un supplément aux mitochondries existantes dans les ovocytes. Ce processus est conçu pour stimuler les niveaux d'énergie des ovocytes pour le développement d'embryon.


"Ces options n'apportent pas de différences particulières, pour nous qui sommes professionnels. Il n'y a aucune preuve efficace sur les résultats de ces traitements et certains d'entre eux peuvent même être potentiellement nuisibles pour quelques patients, qui ne sont clairement pas éthiques." indique Sally Cheshire.

Jane Stewart, la présidente de la Société de Fertilité britannique et consultant dans la médecine reproductrice et la gynécologie au centre de fertilité de Newcastle, indique : "à maintes reprises nous voyons que de nouvelles idées sont apportées sans la preuve de son efficacité".


"La plupart de temps, des patients font du Shopping en traitement de FIV en prenant dans le panier, ce qu'ils pensent qu'ils ont besoin et souvent à tort, la médecine n'est comme pas cela."

Selon un article d'éclairage sur les options de FIV réalisés par le comité scientifique d'HFEA, aucun des 10 options les plus généralement offerts ne dispose d'une preuve robuste pour montrer une amélioration des taux de réussite de traitement. Plus tôt cette semaine, une option appelé "endometrial scratch" n'améliore pas les chances d'une naissance vivante.


"Beaucoup d'études qui ont été faites jusqu'ici, ne sont pas de meilleure qualité - ils sont tous associés aux différents risques de partialité," indique le Dr Sarah Lensen de l'Université d'Auckland qui présente les découvertes à la réunion annuelle de la Société européenne de Reproduction Humaine et l'Embryologie à Barcelone. "Nous avons voulu conduire un essai qui était vraiment robuste et a recruté beaucoup de femmes donc nous pourrions répondre à la question [de s'il a un avantage] une fois pour toutes".

L'étude a impliqué 1,364 femmes à travers 13 centres de FIV et cinq pays qui étaient en traitements de FIV IVF avec leurs propres ovocytes. On a aléatoirement assigné la moitié des femmes à avoir une "endometrial scratch", tandis que les autres ne l'avaient pas. L'équipe a constaté que les deux groupes avaient le même taux de naissances vivantes, à juste au dessus de 26 %, aucune différence n'a été vue sur les taux de résultats incluant des grossesses extra-utérines ou des grossesses multiples.


Le "endometrial scratch" a précédemment pensé être utile pour les femmes dont les embryons échouent lors de l'implantation, l'équipe a aussi regardé spécifiquement les femmes qui ont été connues pour avoir eu deux ou plus embryons transférés, mais ne sont pas tombées enceinte. De nouveau, aucun avantage n'a été observé.


L'équipe a aussi échoué à trouver un avantage quand ils ont considéré d'autres différences, peu importe si la procédure de FIV impliquait des embryons frais ou gelés.


Cependant ils disent que les femmes ont trouvé lors de l'essai l"endometrial scratch" inconfortable. De plus, cinq femmes ont éprouvé une douleur excessive et deux avaient des saignements excessifs.


Pour le Dr Stuart Lavery, un gynécologue de consultant à l'Hôpital Hammersmith qui n'a pas été impliqué dans l'étude, indique que les femmes qui ont un échec récurrent d'implantation récurrent sont dures à traiter. "Ce mini-trauma a offert une réel marche à suivre potentiellement passionnante et c'est devenu très largement adopté dans la pratique internationale et dans la pratique britannique," a-t-il dit. "Maintenant quelqu'un a été assez courageux pour faire une grand essai de contrôle randomisée et a montré qu'il il n'a aucun avantage."

Nick Macklon, le directeur médical de la clinique "London Women’s", indique pour apporter une lumière de la nouvelle étude " endometrial scratching" avait probablement été surexploité. Mais il a dit qu'il doit trop tôt annuler la procédure, ajoutant que le travail est nécessaire pour explorer s'il pourrait toujours être avantageux pour quelques femmes.

"Il y a les causes différentes à l'échec d'implantation : cela pourrait être l'embryon, cela pourrait être l'utérus," indique t'il . "Ce que nous devons établir est : dans ces femmes est-il un problème utérin et ce problème utérin peut être traité avec ce traitement.


Pour le Prof Nick Macklon, le directeur médical à clinique"London Women’s indique que beaucoup de patients ont demandé des tests supplémentaires et des procédures qui'ils ont lu à travers internet.

"Je dépense pas mal de mon temps en mettant en garde les patients sur le non-intérêt de certaines options et mes collègues le font aussi," indique t'il.


"Je pense juste dire que ce sont des absurdités pour des praticiens qu'ils ne le font pas, ce sont des cow-boys, tous ne sont pas ainsi, certains médecins cherchent tout simplement des thérapies qui peuvent aider les gens."

Cette nouvelle règle sur les options de FIV est mise en place pour entrer en vigueur en Octobre 2018 selon le journal The Guardian,, il est en attente d'approbation du Secrétaire de la Santé.


SOURCES :

https://www.theguardian.com/society/2018/jul/09/uk-fertility-regulator-to-issue-new-rules-ivf-add-ons

https://augmenttreatment.com/

https://ivf.net/ivf/hfea-to-issue-regulations-on-ivf-add-ons-o10598.html

https://www.hfea.gov.uk/treatments/explore-all-treatments/treatment-add-ons/

https://www.theguardian.com/society/2018/jul/03/ivf-add-on-shown-to-be-of-no-benefit-scientists-find

https://www.theguardian.com/society/2018/jul/09/uk-fertility-regulator-to-issue-new-rules-ivf-add-ons

82 vues