Les étapes du Don d'Ovocytes

Les motivations des donneuses en moyenne en Europe où le don est autorisé :

  • 47,8 % du "pure altruisme"

  • 33,8% altruisme et finance

  • 10,8% Pure finance

L'importante proportion des donneuses avec raison purement altruiste se trouvent en en Belgique (86,2%), Finlande (88,7%), France (100%).

L'importante proportion des donneuses avec raison purement financière se trouvent en Grèce (39,5%), Russie (52,3%) et l'Ukraine (28,3%).

 

Les donneuses dans la population étudiée par le ESHRE de 2011 et 2012 se composent de la manière suivante : 

  • Etudiants (18% en Espagne, 16% en Finlande, 13% en République Tchèque)

  • Femmes inemployées (24% en Espagne, 22% en Ukraine, 17% en Grèce)

  • Femmes ayant un emploi (75% en Belgique, 70% en Pologne, 28% en Espagne)

  • Maman Solo (Plus de 50% en Espagne et Portugal, 30% en Grèce)​

 Il y a une compensation au Portugal (600€) en Espagne (maximum 1200€), Royaume-Uni (1000$), république Tchèque (400€), Ukraine (150-250€).

 

En Afrique, le don d'ovocytes est compensé financièrement, les donneuses touchent entre (300-400€). Pour effectuer le don, la donneuse en Afrique, doit s'orienter vers la clinique privée ou publique directement.

Aux Etats-unis , les donneuses touchent entre 7000$ et 10000$.

Les essentiels
Posts récents

IST : Evolution en France entre 2012 - 2016

En 2015, la majorité des patients diagnostiqués pour une infection à Chlamydia étaient des femmes (64%).

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Le don dirigé / don permuté en Belgique

Dans les sites internet des cliniques en Belgique, il est spécifié que le donneur ne doit pas être un mineur et avoir maximum 35, sauf dans le cas où c'est un don dirigé (la donneuse est connu); elle peut avoir jusqu'à 40 ans. Si au delà de 35 ans, la receveuse est informée de la diminution de ces chances de réussite et doit donner son accord. C'est ainsi chez ULB Erasme, CRG UZ Brussel)

En Belgique, il y a un manque persistant de donneuses et par conséquent d''ovocytes pour les traitements de fertilité. Pour diversifier les dons d'ovocytes, plusieurs types de dons sont proposés : Le don dirigé (donneuse connu) ou don anonyme. La donneuse est connu, les auteurs du projet de parentalité choisissent et connaissent la donneuse. ou le don est  anonyme, dans ce la donneuse va donner ses ovocytes directement à la clinique (Voir le site web UZ Brussels). Selon le site Internet UZ Brussels, il est difficile de trouver des ovocytes d'un don anonyme. 

Cela signifie les parents d'intention viennent avec une donneuse et la donneuse donne ses ovocytes à la banque d'ovocytes et le couple reçoit les ovocytes d'une autre donneuse. Cette option s'appelle le don permutée

Le principe de don d'ovocytes altruiste prévaut et la commercialisation de gamètes est interdite. Les gamètes peuvent être données seulement gratuitement, mais une compensation financière couvrant des frais de déplacement et la perte de salaire, aussi bien que d'honoraires d'hospitalisation et de charges, peuvent être offerts à la donneuse. Par exemple, l'Hôpital d'Erasme fixe une compensation fixe à 300 euros, mais le montant moyen est 500 euros et peut monter à 1000 euros (IGAS 2011).

Depuis 2003, quand la décision a été prise de couvrir entièrement 6 FIV avec la sécurité sociale , le nombre d'ovocytes partagés a brusquement chuté.   

Par exemple, en Belgique, les donneuses sont suivis pendant un an après leur don d'ovocytes, et la notification de réactions défavorables sérieuses aux autorités compétentes est obligatoire.

Le don anonyme en France et  PAS DE COMPENSATION FINANCIÈRE POUR LA DONNEUSE 

En France, il n'existe pas de compensation financière des donneuses mais remboursement des déplacements vers les CECOS (si il n'existe pas de transports en communs réguliers couverts par l'abonnement de la donneuse et qu'elle réside à des milieux de Km du CECOS) et le remboursement de garde d'enfants, la prise en charge intégrale des dépenses liées aux soins sans avance et pour les femmes qui n'ont pas encore d'enfants, une vitrification de ces ovocytes pendant plus d'une dizaine d'années.

Pour connaître les Centres de Conservation des Ovocytes et Spermatozoïdes, suivez ce lien.

 

En France : La donneuse va faire son don et cela aidera la receveuse qui est sur la liste d'attente la plus récente inscription à la plus ancienne. Et la donneuse doit avoir entre 18 et 37 ans et être en bonne santé. 

 

En France, en 2018, il y a actuellement les débats sur la révision de la loi  bioéthique, plusieurs sujets sont abordés :

  • La levée de l'anonymat

  • la compensation financière des donneuses.

 

Oui le don d'ovocytes est contraignant, c'est une chose que vous devez savoir.

 

1. Étape 1 : prise de contact avec le cecos

 

2. Étape 2 : examens médicaux, bilans hormonaux, infectieux, échographie, caryotype... et rencontre de la psychologue pour vérifier si elle n'est pas payée et si on ne l'as pas obligé à faire le don.

 

3. Étape 3 : rencontre avec le ou la gynécologue pour vérifier que les  examens sont bons et si la donneuse peut continuer le traitement. Sachez beaucoup de femmes sont recalées car on prend des femmes en "bonne santé". Cela permet également à la donneuse de faire le point sur sa fertilité.

 

4. Étape 4 : Signature du consentement qui a une valeur juridique. La donneuse renonce aux droits sur l'enfant à naître. Elle ne sera jamais le parent de cet enfant.

 

5. Étape 5 : Démarrage du traitement. Selon certains protocoles je donne l'exemple du protocole long. On vous met en ménopause précoce avec l'injection de decapetyl puis on démarre la stimulation ovarienne avec des injections et surveillance tous les 2 jours de l'évolution des follicules et des bilans hormonaux Progestérone oestradiol... pour savoir quand déclencher la ponction ovocytaire. Et très important on effectue la surveillance pour éviter l'hyperstimulation ovarienne car c'est le risque de la stimulation ovarienne. Mais c'est un point en France super surveiller. Et on le vérifie même en étape 3 les femmes qui sont exposées au risque d'hyperstimulation ovarienne. La France ne laisse pas prendre de risque à la donneuse. Mais il est important que la donneuse se fasse rassurer sur ce risque. Si vous faites une hyperstimulation ovarienne, sachez que c'est traitable en moins d'une semaine.

Les effets secondaires des médicaments de stimulation ovarienne peuvent inclure les ballonnements, Sensibilité au niveau de la poitrine, des maux de tête, des bouffées de chaleur et des sautes d'humeur / l'irritabilité. N'importe quels effets secondaires dont vous ferez l'expérience partiront après que vous aurez arrêter de prendre médicaments, lesquels sont pris quotidiennement pendant 2-3 semaines. Vous ferez de manière répétitive des échographies et des prises de sang de contrôle de la stimulation ovarienne jusqu'à la ponction.

Pendant la stimulation ovarienne, il est interdit d'avoir des rapports sexuels.

6. Étape 6 : C'est ponction ovocytaire , elle est faite sous anesthésie locale;, on prélève les follicules et dans le liquide folliculaire, il y aura les ovocytes. 

 

7. Étape 7 : surveillance post ponction notamment pour l'hyperstimulation ovarienne.  Et si pas de problème retour à la vie normale. Attention pour les femmes qui n'ont pas d'enfants on conserve les ovocytes pour qu'elles puissent les utiliser si elle décide d'avoir les enfants très tardivement car la fertilité baisse à partir de 30 ans et chute a 35 ans.

Les traitements de fertilité n'accélèrent pas le risque d'avoir le cancer. Voir ce lien 

Sources :